AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'hésitez pas à inscrire vos persos sur facebook et à nous y rejoindre ! (inscription facultative) ♡


N'oubliez pas de voter et afin de nous faire connaître !


Pour célébrer la nouvelle année, le Maire a organisé un bal masqué. Rejoignez-nous ici pour en savoir plus


Le 6 janvier 2016, le forum a fêté ces 5 ANS ! Bon anniversaire POH


 
 Un passé commun.
i'll be fine once i'll get it, i'll be good

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
Ven 6 Fév - 13:31

Les fêtes privées. L'alcool coule à flot, le nirvâna qui t'accueille à bras ouverts dans chaque petit joint concocté fièrement par Adrien, un de tes potes particulièrement doué dans le dosage des différentes substances que tu t'aventures à essayer. Il t'appelle, t'invite à venir chez lui, tu accours cette fois-ci, tu as envie de voir de nouvelles personnes, surtout tes amis que tu avais délaissé lorsque tu te perdais entre ton amour pour ta muse et ton couple avec Noah. Vous avez rompu, tu veux te laisser aller, te réconcilier avec l'ancienne Gaïa. Tu t'es bien trop assagit depuis le temps, il faut donc y remédier. Tu décides de bien noircir le contour de tes yeux, tu laisses tes cheveux détachés, un t-shirt n'importe lequel, ta veste, un jean et des bottes. Tu ne veux attirer personne de toute façon, simplement t'amuser et oublier.

Tu arrives avec du retard, normal, tu devais finir ton joint avant. Tu entres, saluant les personnes que tu connais. Tu t'assois à côté d'Adrien, tu écoutes à moitié ce qu'il est entrain de te dire, tu es trop occupé à suivre ce garçon du regard. Tu sais que c'est lui, c'est Peter. Ton regard croise le sien, tu finis par reporter ton attention vers Adrien, la dernière fois que tu l'avais vu, les choses ne s'était pas très bien passé, il vaudrait donc peut être mieux que tu fasses comme si tu n'avais rien vu. Tu ne peux t'empêcher de jeter un coup d'œil vers lui de temps à autres, tu as du mal à croire qu'il est là aussi. Adrien te demande ce que tu regardes, tu lui dis rien, il demande à Peter de venir se joindre à vous, ça te met un peu mal à l'aise. Hey Peter ! Viens mec, j'vais te présenter a quelqu'un
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 6 Fév - 21:10

    Tu n'as pas le temps. Pour personne, ni pour toi, ni pour tes amis, ni pour tes parents. Surtout pas pour l'amour. Mais une petite fête n'a jamais tué personne, pas même une fête privée. Tu es prêt à festoyer jusqu'à tomber, ramper, crever. L'alcool va venir remplacer le sang dans tes veines, la cocaïne va venir poudrer ton visage. Qui a dit qu'un homme ne peut pas être coquet ? Tu enfiles ta veste sur mesure avant de rejoindre la villa d'Adrien, un ami de longue date rencontré au lycée. Il n'y a sans doute pas meilleur façn de passer son temps. Le salon est déjà bondé lorsque tu y rentres. La musique fait vibrer les basses alors que tu promènes ton regard sur la salle, un verre de scotch à la main. Ton regard croise le sien et ton coeur se serre. Votre dernière rencontre à longtemps. Aujourd'hui tu as 24 ans, tu avais seulement 17 ans quand... Tu serres la machoir et détourne le regard, préférant fuir les images du passé qui se superposent au présent. Tu bois une longue gorgée, anéstésiant au passage toute sensation dans ta bouche. Un léger tremblement te secoue, tu l'ignores. Tu sens son regard revenir sur toi, te brulant au passage. Hey Peter ! Viens mec, j'vais te présenter a quelqu'un Tu soupires, affichant un sourire feint. Tu avances vers eux, mais tu ne t'installe pas sur le canapé. Pas la peine Tu les domines par ta position, ne lâchant plus son regard. Bonsoir, Gaïa
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 6 Fév - 22:02

Tu regretterais presque le fait d'être venu ici. Tu savais pas que Peter et Adrien se connaissait, sinon tu serais sûrement pas venu. Tu es ici pour fuir le passé justement, l'oublier, l'effacer de ta mémoire. Tu n'as donc pas envie de te remémorer une autre période de ta vie. Tes 14 ans. Sûrement la pire. Tu as dû subir plusieurs rejets, tu ne veux meme pas y penser. Tu comptais faire comme si tu ne le connaissais pas et jouer le jeu, mais il décide de s'adresser directement à toi. Toujours ce meme regard qui regorge d'assurance, un ton calme, direct. Tu ne sais pas vraiment comment réagir. Tu ne peux pas t'échapper de toute façon. Tu baisses ton regard, tu n'as pas suffisamment de courage pour soutenir le sien. Tes iris rencontrent ceux d'Adrien. On se connaît en fait. Il éclate de rire, avant de s'adresser à vous. bah... Pourquoi vous tirez une tronche pareille ? On s'croirait dans un enterrement p'tain Tu soupires. Adrien changera jamais, il a le don de dire ou faire exactement ce qu'il faut pas. Tu décides de te lever pour échapper à cette ambiance. Bon, je vais aller au jardin, on dirait qu'il se passe un truc intéressant là-bas. Tu croises le regard de Peter encore une fois. eh.. Bonsoir Peter Tu te diriges vers le jardin en question, un mensonge inventé de toute pièce, il se passe pas grand chose, hormi un groupe de gens que tu connais pas, qui jouent aux cartes. Tu sors ton joint, tu t'assois seule sur un banc avant d'en tirer une latte. Tu sais que ce serait pas une bonne idée de reprendre contact avec Peter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 6 Fév - 22:49

    Gaïa. Morsure amère du passé sur une plaie non cicatricé. Le sang du remord, de la tristesse, de la parte gicle en toi, éclaboussant ton esprit festif. Tu ne veux plus t'amuser. tu veux t'enfuir, tu veux réparer, tu veux te noyer, tu veux boire... bah... Pourquoi vous tirez une tronche pareille ? On s'croirait dans un enterrement p'tain Adrien ne détend absolument pas la situation, au contraire une tension supplémentaire vient faire disparaitre ton sourire feint. Le sien n'a jamais été existant. Tu soupires, passant une main dans tes cheveux. Tu te sens malaise. Quelque choses déconne chez toi, tu veux te barrer en courant. Vos regards se croisent, se cherchent, se fuient... Tu sens qu'elle ne veut pas de toi. Veux-tu d'elle ? Tu déglutis. Bon, je vais aller au jardin, on dirait qu'il se passe un truc intéressant là-bas. Non, elle ne veut pas de toi. Elle préfère se casser. Tu sais qu'il ne se passe rien dans le jardin, Adrien le sait aussi. Tu bois une longue gorgée, fuyant sa présence. eh.. Bonsoir Peter Elle se dirige vers le jardin alors que tu la regarde partir le coeur lourd comme un cadavre. C'est un cadavre. Tu es un cadavre en puissance. Gaïa. Tu t'étais décidé à sortir enfin de chez toi, préférant supporter la présence des autres plus que la tienne. Gaïa. Elle t'a tout de suite plu, douce, sereine, rebelle mais bienveillante. Et belle surtout, très belle. Tes sentiments te sont retombés dessus d'un coup, malheureusement. Sans vraiment savoir pourquoi, tu décides de la suivre dehors, silencieusement. Tu l'observes sous le ciel étoilé avant de briser le silence. " Salut mocheté. "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 6 Fév - 23:14

Tu te libères de cette pression. L'air du jardin qui s'imprègne peu à peu au fond tes poumons, a un effet anesthésiant sur ton esprit. Cet étouffement semble faiblir, tu fermes les yeux un instant, tu devrais peut être partir d'ici. C'est devenu le territoire de Peter maintenant, tu sais que tu n'as pas le droit d'y accéder. Vous êtes de deux mondes très differents, ses parents te l'ont bien fait comprendre. Ils ne veulent plus que tu sois son amie, ce rejet, suite à celui que t'as infligé ta génitrice etait de trop. Alors tu as bien le droit de vouloir fuir tous ces flashs qui te bloquent les neurones en ce moment même. Cette voix t'interrompt. Tu sais que c'est lui. Tu rouvres les yeux, ton regard se fige sur son visage. Salut mocheté Il avait l'habitude de te surnommer comme ça. Tu as toujours rétorqué de la même façon. " Cest toi la mocheté" Seulement, tu ne vas pas le faire cette fois-ci. Vaut mieux s'arrêter à un salut. C'est pas bien de parler aux gens comme moi. Tu lâches ces paroles, le ton que tu as utilisé, laisse sentir une certaine contrariété, que tu ne tentes même pas de dissimuler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 6 Fév - 23:30

    " Vaut mieux s'arrêter à un salut. C'est pas bien de parler aux gens comme moi." Son ton montre bien sa contrarité, tu comprends. Tu passes une main dans tes cheveux, cherchant quoi répondre. Mais qu'as-tu à répondre ? Tu n'as aucune excuse. Le regret ronge ton esprit comme de l'acide, bientôt tu ne seras qu'une enveloppe vide. Ta machoire se serre alors que tu cherches dans son regard une once de... Joie ? De joie à l'idée de te voir parce que tu sais que en toi, au plus profond de ton âme, quelque chose hurle de bonheur. Tu vois ses traits fins, sa bouche rouge, ses cheveux en bataille comme soumlevé par un vent imaginaire. Ton coeur aurait pu battre à la chamade mais il se tait. Il n'a pas la force de battre. Ca te fou des ciactrices à vie des situations comme ça. Cependant, tu l'as mérité. Tu n'aurais pas dû les écouter, agir selon leur volonté. Gaïa. Tu as tord. ce sont les gens comme moi qui ne mérite pas ton attention. Pas même un salut. . Tu t'allumes une cigarette, faisant claquer ton dupont dans le silence nocturne. Les joueurs de cartes sont rentrés, vous êtes seuls. Eternellement seul. Je suis désolé. Désolé de tout ce que j'ai pu te faire. Tu t'approches lentement d'elle, comme pour t'habituer à son contacte, à sa vue, à son odeur... Tant de choses qui t'émerveillent. Bouillonne en toi des sensations inconnues. Tu as peur, si peur. Je ne sais pas quoi dire d'autres mocheté... Je ne savais pas que tu connais Adrien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 7 Fév - 0:16

Tu as tord. Ce sont les gens comme moi qui ne mérite pas ton attention. Pas même un salut. Tu souris ironiquement. Un sourire que tu esquisses par pur réflexe. Tu as du mal à le croire. Tu te demandes surtout pourquoi est ce qu'il est venu te parler? Il semble regretter, mais tu ne trouves pas ça tellement logique. Le fait qu'il décide de se soumettre à la volonté de ses parents prouve qu'il n'en a eu que faire, d'être ton ami ou pas. Tu lui en veux toujours. Il avait le choix, il a décidé. Je suis désolé. Désolé de tout ce que j'ai pu te faire. Il s'approche de toi, tu ne fais rien. Tu ne sais pas quoi faire en fait. Tu pensais ne jamais le revoir. Je ne sais pas quoi dire d'autres mocheté.... Je ne savais pas que tu connais Adrien. Tu restes pensive, tes iris semblent flotter entre le visage de Peter et la verdure qui vous entoure. Tu décides ensuite de le fixer. Sa voix, son contact, te rappellent cette époque bien enfouie, une époque que tu pensais révolue desormais. Tu as pourtant l'impression d'être à nouveau cette Gaïa que Peter a connu. On s'est rencontré à l'une de mes expos. Vous êtes potes? Tu lui tends ensuite le joint que tu as entre les mains. Tu lui adresses un sourire sincère, malgré que ton regard trahisse une certaine rancœur dont tu as du mal à te débarrasser. Tiens, c'est Adrien qui l'a préparé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 8 Fév - 11:52

    Pourquoi tu vis ? Quelle est la raison de ton existence sur Terre ? Pourquoi si peu de temps t'as été offert tandis que d'autres le gaspille à raisonner sur des débats sourd ? Une partie de ton âme est déjà attirer par l'au delà, comme si elle pouvait entendre le chant des anges. Dois-tu croire à un univers t'attendant, un paradis ou à un silence et une obscurité de tombeau ? Ton coeur se serre étrangement, l'horizon t'appelle. Peut-être le monde a-t-il plus de sens depuis là haut. Tu écoutes sans entendre Gaïa, ses mots te rappellent que l'avenir ne t'appartient pas. Il ne t'appartiendra jamais. Prisonnier d'une existence où tout mouvement t'est impossible... Tu n'as pas envie de monotonie, de simplcité... Pourquoi tu vis ? Ne vaudrait-il pas mieux que tu te meurs maintenant ? Elle te tend un joint, comme si cela pouvait répondre au moindre de tes questionnemments. Tu le prends pas automatisme, l'allumant et le portant à ta bouche. Tu te sens si mal dans ta peau. Tu tires une longue bouffée avant de lui rendre. La brulure de la fumée dans ta gorge te ramène à ton existence terrestre, téloignant de la mort. " On est amis depuis le lycée. Je savais pas que tu exposes. C'est cool. Tu essayes de lui sourire bien que son regard trahisse toute sa rancoeur, peu importe. La boule formée dans ta gorgée est trop dure à avaler. Tu passes une mains dans tes cheveux, cherchant à rappeler ton corps à sa présence. Oui, il est encore présent et peu importe si tu vas mourir. Tu es encore là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 8 Fév - 16:04

Il semble un peu dans son monde. Il l'a toujours été de toute façon, un pion solitaire, impénétrable, Peter regorge de mystères, que tu aimerais élucider. Tu réussissais certaines fois à te sentir proche de lui, mais cette fois-ci, vous êtes plus éloignés que jamais. Tu ne pensais pas qu'il déciderait un jour de revenir, du moins, ce n'est que le fruit d'un hasard dont tu aurais pu te passer. Si vous ne vous étiez pas rencontrés à cette soirée, il n'aurait jamais fais cette effort. Tu le sais, c'est sûrement pour cela que tu as du mal à oublier. « Pourquoi tu les as écouté Peter? » Tu reprends le joint, tourmentée par ces questionnements incessants sur la tournure de la situation, sur votre passé, sur ses choix. Tu cherches simplement à comprendre, parce que tu aimerais lui pardonner. Tu aimerais retrouver ce Peter que tu as connu, retrouver cette complicité si particulière que vous sembliez partager. Tu pensais votre amitié, inébranlable, mais il n'aurait fallu qu'un mot de la part de ses parents pour tout arrêter. Tu ne veux pas t'exprimer plus que cela. Tu laisses ton regard le faire.
Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut Aller en bas
 

Un passé commun.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Front commun contre le fléau
» Un nouveau projet de jeu commun
» Recharger son titre de transport en commun avec son lapin !
» retour vers le passé!
» Passé sombre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Pursuit of Happiness ::  :: POH V.2 :: Rps-