AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'hésitez pas à inscrire vos persos sur facebook et à nous y rejoindre ! (inscription facultative) ♡


N'oubliez pas de voter et afin de nous faire connaître !


Pour célébrer la nouvelle année, le Maire a organisé un bal masqué. Rejoignez-nous ici pour en savoir plus


Le 6 janvier 2016, le forum a fêté ces 5 ANS ! Bon anniversaire POH


 
 monsieur le juge + camil & amelia
i'll be fine once i'll get it, i'll be good

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Amelia Stones
all i care about is family
AVATAR : gabriella wilde
all i care about is family
Mar 21 Juil - 23:48

Les larmes marquent encore ton visage fatigué. Tu n’as pas dormi depuis trop longtemps maintenant. T’es rentrée à San Francisco depuis pratiquement deux jours mais les rendez vous avec un juge ne sont pas facile à obtenir. Même en urgence. Même avec tes connections. Heureusement, tu as réussi à obtenir une audience pour la fin d’après midi. Le mariage aurait du avoir lieu ce jour. Pourtant t’es là, les cheveux emmêlés et cette douleur affreuse à la poitrine. T’as tout foutu en l’air.
D’un geste presque automatique, tu attrapes ton téléphone pour composer ce numéro que tu connais par coeur. Mais de nouveau, c’est sur le répondeur que tu tombes « …Oli… Allez… Répond moi… Je… J’vais chez le juge aujourd’hui… Je vais régler ça. Je te jure… Et…Et on pourra se marier comme prévu… » Ta voix s’éteint progressivement. Tu n’as pas parlé à Oliver depuis que tu es rentrée. Depuis qu’il a appris ton erreur. Ta magnifique et monumentale erreur. Le pire dans tout ça, c’est qu’il n’a pas dit un mot. Il n’a pas crié. Il n’a pas pleuré. Il a juste fait ses bagages et quitté la maison.

Silencieusement, tu finis par raccrocher. Tes tentatives sont veines. Chaque essaie ne fait que te briser un peu plus le coeur. Stupid girl. Tu te déshabilles sans un mot, passant sous la douche pour tenter d’effacer toute cette peine. Et progressivement, ton visage triste vient se dissimuler sous un joli maquillage, un chignon soigné et une robe noire. Donner bonne impression. C’est ce qu’on t’a toujours appris. Un léger sourire vient se dessiner sur ton visage.Tu l’observes dans le miroir. Dissimuler la vérité. C’est facile finalement. Tu fais ça depuis si longtemps.

Ton regard se pose sur lui tandis qu’il arrive devant la salle encore close. Regard noir. Bon dieu ce que tu peux haïr ses cheveux trop long, sa tête de débile et tout ces tatouages affreux. Tu sais pas comment t’as fini là. Vraiment pas. « Vous pouvez entrer » Tu te lèves presque en sursaut lorsque la porte s’ouvre. Ca ira vite. Dans quelques minutes, le juge autorisera votre divorce et tu pourras retourner à ta vie. Tu pourras reconquérir Oliver et te racheter auprès de tes parents. Juste quelques minutes.

Sans un mot pour Camil, tu entres dans la salle pour t’assoir en face du juge. Camil ne tarde pas à s’assoir de l’autre coté.
Aller…juste quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
B. Camil Marshall
i'm a motherfucking admin
AVATAR : olober sykes
✱ ÂGE : 29
✱ QUARTIER : crocker.
✱ COLOCATAIRES : Son fils et sa... "femme" imposée.
i'm a motherfucking admin
Ven 24 Juil - 1:15


Incompréhension. C'est le mot subtile qui semble marqué tes réveils depuis Vegas. Apocalyptique qui vient ensuite s'insinuer avec la lenteur d'un serpent qui rampe entre deux objets avec la vile sensation de danger. Danger. C'est pas comme si tu ne le savais pas qu'avec l'alcool t'es vite hors contrôle, hors d'état, hors limites. Tu comptais sur Magda. Faux tu ne comptais sur rien car Vegas signifiait l'alcool, le vice, le bon, la pause dans ta vie qui se normalise de plus en plus dans un cercle que tu ne comprends pas. Boulot, bébé, monotonie. T'es Camil Marshall,ta vie reste hors monotonie de tout être normal... Mais tu le sentais, ce truc qui se glissait. Non pas que tu ne le kiffais pas... Mais un mariage à Las Vegas. Une Magda déchainée qui revenait pour l'évènement. Il y avait tout. Tout. Exactement. Toute les conditions réunit pour te faire planter un truc. Et un beau. Un énorme.
Mariage. Le truc pas dans ton sang, pas dans tes cordes. Deux fois tu l'as frôlé, avec une Magda fiancée. Avec une Denver plantée devant l'autel. Deux femmes que t'as aimé. Et pas qu'au passé. Mais mixé ce terme avec une inconnue ne t'aurait pas effleuré l'esprit. Tu te souviens de la cérémonie, du repas, de l'alcool, de ton corps contre celui de cette tatouée que tu as trop dans le corps. De vos retrouvailles, de l'alcool avec elle. De votre escapade... Et de cette blonde. Au sourire sortie d'un livre pour môme, de cette blonde qui hurlait des promesse de mariage avec son être aimé. De l'alcool... Et d'un oui, puis de son corps et d'un bordel sans nom avec un réveil cet anneau en or sur ton annulaire.

Insipide. Inintéressante, casse-couille, pédante ... et tu en passes. Enfant perdue qui n'a rien vu de la vie, elle t'insupporte. Denver t'émerveillait par son innocence, Amelia t'agace par son manque de tout. En vrai... tu sais que tu l'aurais kiffé, cette fille sortie de nul part. Mais voilà avec un anneau au doigt et ses airs hystérique quand elle l'a apprit... non tu as vite prit le côté de la déception. Tu y penses tout le temps du trajet. Tu aurais voulu passer te changer, enfiler un bon vieux jean et un de tes tee-shirt troué... Mais tu t'es dit que bien habillé dans ton costume bleu et chemise blanche bien fermée de boulot, ça marcherait plus. Et ça ne collerait pas dans le sens du chanteur qui se marie sur un coup de tête. Foutaise. Tu jettes ta clope. Tu rentres. Elle est là. Neutre. Trop neutre, t'as envie de lui dire que bordel sans fringue et à quatre pattes au dessus de toi cette nuit là elle faisait moins la prude. Tu te retiens. Tu en riras après, quand le divorce sera signé et que tu pourras respiré. T'attends quasiment pas. Le juge vous fait signe de rentrer dans son bureau et tu la laisses passer avant de la suivre et aller t'asseoir dans le siège à côté. "Tris jours de mariage... et déjà un divorce ?" Son ton un peu amusé semble clairement signifié que vous avez plus besoin d'un conseillé conjugale que de lui. Nan, trois jours que je la connais et j'ai besoin d'un divorce.. Tu répliques avec un sourire plein d’amusement. Parce que t'es Camil, et que le sérieux et toi... vous êtes pas mari ensemble. Comparé à toi et Amelia. Il comprend pas, il regarde ses papiers, essayant de capter. Toi l'histoire t'es pas sur que si tu la raconte avec tes mots vous puissiez en tirer un bon truc.

• • • • • • • • • • • • • • • • • •

sell my heart for you.
Bang bang you shot me down... @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Stones
all i care about is family
AVATAR : gabriella wilde
all i care about is family
Sam 25 Juil - 0:07

Tu l’regardes s’assoir à coté de toi et tu grimaces un peu. Son attitude t’exaspère. Avant même qu’il ait ouvert la bouche. Simplement sa façon de se tenir, de sourire, de tout. Tu sais pas comment t’as pu faire ça avec quelqu’un comme lui. Même bourrée. T’aurais dû t’en rendre compte qu’il était … lui. « Nan, trois jours que je la connais et j'ai besoin d'un divorce… » Tu sers les dents sans répondre. Tu le tuerais bien. Là. Tout de suite. Mais dans un tribunal, c’est pas génial. Pourtant, son sourire t’en donne foutrement envie. T’as envie de lui hurler qu’il n’y a rien de drôle là dedans. Rien de drôle dans le fait de bousiller ta vie pour un peu trop d’alcool. Mais tu te contrôles. Comme d’habitude. Et d’une voix clair, tu ajoutes « Ce mariage n’avait pas lieu d’être. C’est une profonde erreur. J’espère qu’elle pourra être rectifiée le plus vite possible… » Tu joues avec la bague que tu as retiré de ton doigt depuis longtemps. Une bague un peu trop cher pour un mariage à Vegas, preuve que, ni l’un, ni l’autre, avez de problème d’argent.

Un léger soupire s’échappe des lèvres du juge qui vous toise en silence. Des mariages comme ça, il en voit des tas. Et d’habitude, il ne tergiverse pas. Pas le temps. Pas l’envie. Mais aujourd’hui, c’est différent. Aujourd’hui, ses problèmes personnels prennent le dessus. Son mariage à lui. Celui pour lequel il travaille d’arrache pied tous les jours pour le maintenir à flot. « Vous savez, le mariage n’est pas seulement un morceau de papier qu’on peut déchirer lorsqu’on n’en a plus besoin. Le mariage est un acte d’amour, d’engagement. Un travail de tous les instants. Ce n’est pas une décision qu’on prend à la légère parce que c’est marrant. Le mariage n’est pas un jeu. » Ta gorge se serre doucement. Tu le sais tout ça. Tu le sais tellement bien. Parce que tu le voulais toi. T’engager. Seulement, pas avec lui. Pas avec ce tatoué idiot. Toi, tu voulais ça avec Oliver. « Si, et seulement si, je décide un jour d’autoriser votre séparation, j’attendrais que vous ayez tout essayé, absolument tout, pour faire marcher votre couple. Que ce mariage ne soit pas vain. Apprenez à vous connaitre. Grandissez un peu. » Tu ne comprends pas immédiatement. Tu restes là à le fixer. Comme une idiote. Il déconne. Il déconne, c’est pas possible. « Vous suivrez une thérapie de couple. Si je m’aperçois que l’un de vous ne respecte pas les règles, il devra verser la moitié de son argent à l’autre lors du divorce » Tes yeux s’écarquillent un peu plus. Non. Non non non.

« Mais … » Tu n’as même pas le temps d’ajouter autre chose. « Pas de mais… Rendez vous dans six mois pour voir l’avancement du mariage. Séance terminée » Le juge se lève alors pour quitter la salle, te laissant complètement abasourdie. Il ne peut pas faire ça. Il n’a pas le droit ! « …Il… Il peut pas faire ça ! » Tu te retournes vers Camil qui semble aussi abasourdie que toi. Vous n’avez eu le temps de rien dire, rien faire.

Et dire que tu croyais que tout serait terminé …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
B. Camil Marshall
i'm a motherfucking admin
AVATAR : olober sykes
✱ ÂGE : 29
✱ QUARTIER : crocker.
✱ COLOCATAIRES : Son fils et sa... "femme" imposée.
i'm a motherfucking admin
Mer 5 Aoû - 21:51


T'es là, maintenant assis sur ce siège. T'as vaguement l'impression de te retrouver das le passé, face à un bureau de proviseur pour tu ne sais quelle autre connerie. Connerie. En faite ça n'a pas changé sur ce point là. T'es là, contre ton gré c'est certain. Non pas que tu voudrais pas d'cette nana là, bien au contraire... physiquement elle est plus que parfait. Physiquement. Mentalement elle est un enfer. En deux jours de Vegas -sobre- tu as cru que tu allais la tuer. Et tu l'aurais fait, si Magda t'avait pas empêcher pour but de ne pas finir en taule pour tes fils. Tu t'souviens de ce réveil à Vegas, sa panique, ses cries à la limite de l'hystérie. Ses pleures quand ses amies ont appris. Tu te souviens avoir cru la tuer, avant d'avoir envie de rire de part sa réaction. Blasé, tu l'étais c'est clair. Pas la situation de tes rêves pour t'marier. Quoi que... Au moins pas de stresse pré-nuptial. Juste une note impossible de frais d'alcool et une bague que t'as genre payé, un quart de ton salaire. Un quart de ton salaire pour qu'elle porte un anneau en or, vintage. Tu kifferais bien lui ôter du doigt parce que bordel même bourré t'as bon goût, et que ça te fait chier d'avoir passé ce genre de bague au doigt d'une blondasse coincée, et qu'en plus elle ne veuille pas porter sa bague. Non vraiment. Ce mariage n’avait pas lieu d’être. C’est une profonde erreur. J’espère qu’elle pourra être rectifiée le plus vite possible… Elle te sort de tes pensées. Pour te plonger dans une ressemblance troublante avec ton ex de toujours... Denver. Tu fronces les sourcils décontenancé par cette similarité flippante dans ses paroles et sa manière de s'adresse si poliment et si sérieusement à quelqu'un. Tu l'observes de profil. Ses cheveux bien coiffé, son corps de mannequin russe et ses airs trop sage...Tu vas sérieusement finir par croire que t'as un type ! Tu hoches la tête plus sérieusement plutôt d'accord avec ses paroles. Monumentale erreur. T'aurais préféré passer la bague au doigt de Magda. Non pas que tu le voulais, Denver t'aurais fait une crise, Sierra t'aurait décapité, et Carolina t'aurait tabassé. Mais en dehors de ça avec Magda ça aurait été gérable. Vous savez, le mariage n’est pas seulement un morceau de papier qu’on peut déchirer lorsqu’on n’en a plus besoin. Le mariage est un acte d’amour, d’engagement. Un travail de tous les instants. Ce n’est pas une décision qu’on prend à la légère parce que c’est marrant. Le mariage n’est pas un jeu. Un jeu... c'est exactement à quoi c'est en train de se transformer au fil du temps dans ta vie. Pourtant t'es pas tellement le fruit d'un mariage foireux. Au contraire. Certes ton père a eut une gosse narcissique et névrosée avant toi, mais depuis qu'il a connu ta mère... ça va faire 25 ans qu'ils sont marié et qu'ils s'aiment. Un exemple peut-être trop parfait pour un gars aussi tordu qu'toi ?! T'sais pas mais c'est bien étrange. Le reste tu sais qu'à son ton, son regard, son air... c'est la merde. Et le temps ne fait que le confirmer. [...]

Pas de mais… Rendez vous dans six mois pour voir l’avancement du mariage. Séance terminée Tu trouverais bien un truc plein d'humour à dire... Mais la de suite quand la porte se referme t'as encore du mal à vraiment tout capter. T'étais censé être libre. Libre. Liberté. Libéré, délivré... comme dans cette foutue chanson que passe en boucle ta minuscule petite soeur de quatre ans. Foutaises. …Il… Il peut pas faire ça ! Tu tournes le regard vers la blonde qui est donc toujours...ta femme. Tu vas vomir. Peu à peu y'a vraiment cette sensation de "réalité" qui se glisse dans ton ventre.... Et comme un gars très mature... tu le prends pas tellement avec sérieux. Oh je pense que tu devrais aller lui dire cela.... Je suis sur que tu m'as caché un cursus de droit à Harvard, chérie Tu répliques entre acidité et moquerie un sourire peu à peu moqueur venant prendre place sur tes lèvres. Elle est là avec ses yeux d'innocente perdue et malmenée. Pauvre enfant, elle te saoule autant que te fait rire. Et t'es marié avec quoi !

• • • • • • • • • • • • • • • • • •

sell my heart for you.
Bang bang you shot me down... @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Stones
all i care about is family
AVATAR : gabriella wilde
all i care about is family
Mer 5 Aoû - 23:29

T’as l’impression que toute ta vie s’effondre devant toi. Tu restes mariée avec lui. Lui, cet être insupportable. T’as envie de hurler. De pleurer. De t’laisser complètement aller. C’est tellement injuste. T’as toujours tout bien fait. Tout. Petite gamine parfaite.

Tu te détournes rapidement de lui. De ton mari. T’as pas tellement envie de le regarder à cet instant. Alors tu regardes devant toi. Dans le vague. Et malgré toi, tes yeux s’humidifies. Tu aurais pu tout régler. Faire revenir Oliver. Te faire pardonner auprès de tes parents. Tu aurais pu simplement effacer cette erreur et passer à autre chose. Mais t’es là. Prisonnière de ce morceau de papier. « Oh je pense que tu devrais aller lui dire cela.... Je suis sur que tu m'as caché un cursus de droit à Harvard, chérie » Ta gorge se serre un peu plus tandis que ton regard se pose un instant sur lui. Tu pourras pas. T’y arriveras jamais. C’est pas possible. Tu tiendras jamais aussi longtemps avec lui. « Faire marcher votre couple ». T’as presque envie de rire tant tout ça est risible. Il n’y a jamais eu de couple. Il n’y en aura jamais. Tu ne lui réponds rien. T’as pas envie de rire toi. C’est peut-être juste une blague pour lui, mais pour toi, ça veut dire beaucoup. Alors tu te contentes de l’ignorer en te levant, récupérant ton sac de marque pour t’éloigner de lui. T’éloigner de tout ça.

Le pire dans tout ça, c’est que tu sais même plus où vivre. Chez toi, y’a toujours Olivier. Et tu peux pas rentrer chez tes parents non plus. Les jambes tremblantes, tu sors du tribunal, essuyant d’un revers de main tes yeux humides. On t’a appris à ne jamais montrer tes véritables émotions en public, alors tu te refermes. Tu tentes de rester le plus impassible possible. Et c’est dur. Tellement dur. Tu te retrouves rapidement sur les marches du tribunal. Le temps est menaçant. Humide et pesant. Tu regardes un instant les gens autour de toi, immobile. Puis doucement, tu sors ton téléphone. Tu devrais leur annoncer. Ils le sauront de toute façon. Mais t’as pas le courage. T’y arrives pas. Alors tu finis par ranger ton téléphone, descendant quelques marches avant de t’assoir dessus. C’est si peu digne de toi. De t’assoir là. Sur les marches du tribunal. Pourtant, à cet instant précis, tu t’en fiche. D’un geste, tu détaches tes cheveux qui viennent retomber nonchalamment sur tes épaules. Six mois. Thérapie de couple. Les mots dansent encore dans ta tête.

T’y arriveras jamais.
C’est sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
B. Camil Marshall
i'm a motherfucking admin
AVATAR : olober sykes
✱ ÂGE : 29
✱ QUARTIER : crocker.
✱ COLOCATAIRES : Son fils et sa... "femme" imposée.
i'm a motherfucking admin
Lun 11 Jan - 22:53


Son regard tu t'le prends en pleine gueule. Ce truc pas tellement facile à expliquer. Y'a ce mélange étrange ou tu discernes non sans mal un putain de dédain. Elle est là, minuscule et pourtant sur des talons haut, elle est là blonde au visage de princesse naïve avec ses yeux plein de déception et d'amertume. Pour toi. C'te blonde tu l'as pas choisit, c'est certain t'aurais pris largement différent. Genre une brune. Tatouée, chiante, malade et pas parfaite. Ou alors une autre brune, artiste, avec une voix de dingue. Ou encore une autre plus... ok t'as définitivement un type de fille. Alors cette blonde, no fucking way. Et sa manière de t'regarder comme si t'étais la pire chose possible t'énerve. Même si ok, ok t'es pas l'mec le plus cool pour réagirà ce genre de situation. Mais sérieusement, elle veut quoi ? T'es pas du genre à éclater en sanglot, tu vas pas t'mettre à chialer parce que ta vie est foutue. Elle ne l'est pas. C'est juste un bout de papier. Un stupide truc que Carolina trouve vraiment nul, et qui te coupe pas mal tes chances de te rapprocher encore d'elle. Mais bon, hormis ça c'est rien d'autre. Et elle fait demi tour, attrapant son sac en s'éloignant de toi et toutes ces merdes. Hé blondie attends... Tu lances sans pour autant bouger. En faite, tu sais pas. Pas quoi faire. T'es pas l'mieux placer pour faire face aux conséquences. T'as déjà Mickey dans ta vie comme sacré conséquence de tes ébats sexuels sans protection. Lui c'est une bonne conséquence, mais quand même... t'as besoin de temps.

Tu souffles finalement sortant du tribunal en regardant les gens autour. Tu voulais pas te marier. Jamais. Tu voulais pas vivre vieux non plus, ni être père. Et c'est des trucs qui commencent à s'accumuler. Amelia. Même son nom n'évoque rien pour toi. Elle est pas moche, surement pas. Et t'as de vagues flash back qui t'reviennent en tête avec des élans d'envie assez dur à expliquer. Tu la revois à Vegas. Avec ses amies nullement intéressante, avec son rire et ses yeux qui semblaient rien croire de s'que tu disais. Elle te plaisait. L'genre de truc fulgurant, qu'on réprime pas. Que tu réprimes pas, parce que c'est tout toi Camil. Tu t'laisses jamais enfermé dans des interdit. Et une fille qui enterre sa vie de jeune fille c'était juste une fille à faire chavirer du mauvais côté, du côté de ton corps. T'es comme ça. Pas un saint. Plutôt même un bon petit connard, c'est les paroles que Loan t'a balancé en fumant tranquillement ce matin. Ouais dans ta vie y'a rien qui fonctionne normalement alors c'est sur que cette fille... tu peux pas lui en vouloir. Soupire. Tu l'observes assise là-bas comme une enfant abandonnée. Pourquoi diable faut-il que tu t'attire toujours des problèmes avec les coincées ?! Tu descends jusqu'à elle, te posant lentement sur la même marche en sortant ton paquet de clope. T'en sors une. Et quand tu l'allumes tu te jures d'essayer au moins cinq minutes de pas la faire hurler de rage. C'est que six mois... avec un psy pas trop con on arrivera peut-être à lui faire gober qu'on essaye vraiment et que ça sert à rien de continuer... Tu expulses la fumer de tes poumons observant les gens. Tu croises leur regard assez furtif sur vous. Là blonde parfaite avec le tatoué. Assez triste comme contraste. Puis bon... un mariage ça se planifie longtemps en avance, t'auras de quoi faire plein de répétition pour t'unir à ton cher et tendre... durant la duré de notre union à nous. Tu répliques avec amusement. Oui bon t'y peux rien, la fin est sortie toute seule, c'est juste tellement pas.... juste... nan t'y arrives pas.

• • • • • • • • • • • • • • • • • •

sell my heart for you.
Bang bang you shot me down... @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Stones
all i care about is family
AVATAR : gabriella wilde
all i care about is family
Ven 15 Jan - 21:03

Tu retiens tes larmes comme tu peux. T’as l’impression que tout s’écroule autours de toi. Tout ce paysage que tu t’es efforcée de construire au fil des années. Toutes ces pierres que tu as posé une à une pour former quelque chose de beau. De solide. De durable. Et tout s’effondre comme un château de cartes. Là. Devant tes yeux.

Et il arrive. Il s’assoit à coté de toi. Lui, le fauteur de trouble. Ton regard se pose un instant sur lui avant que tu ne détournes les yeux, les essuyant d’un revers de main pour ne pas qu’il te voit comme ça. « C'est que six mois... avec un psy pas trop con on arrivera peut-être à lui faire gober qu'on essaye vraiment et que ça sert à rien de continuer… Puis bon... un mariage ça se planifie longtemps en avance, t'auras de quoi faire plein de répétition pour t'unir à ton cher et tendre... durant la duré de notre union à nous. » T’as presque envie de rire tant ses mots sont idiots. C’est que six mois. Il ne doit pas réaliser. Tu as déjà du mal à tenir six minutes près de lui. Tu ne peux difficilement pas imaginer six longs mois à supporter sa tête d’idiot finit. Et sa connerie de planification. T’avais rien à planifier. Tout était déjà prêt ! Et comme si Oliver allait encore vouloir de toi après tout ça … Qu’il crève. « Mais oui bien sur. Je suis sur qu’il sera prêt à faire comme si je n’avais pas vécu mariée à un autre homme pendant six mois. C’est vrai que c’est très commun » Tu réponds ironiquement, serrant un peu le poing, agacée. Il a l’air tellement détendu. Comme si tout ça ne le touchait pas. Comme s’il s’en foutait royalement. « Tu te rends même pas compte de ce que tu dis … » Tu te maudis sincèrement de t’être mise dans une situation comme celle ci. Parce que pourrais hurler si ce n’était pas un peu ta faute. Si tu ne t’étais pas retrouvée bourrée à Vegas avec lui. Si tu ne t’étais pas stupidement marié avec lui. Petite idiote.

Tu grimaces lorsqu’il souffle sa fumée, le vent la détournant vers ton visage. Et tu agites ta main pour la faire partir, répondant un peu froidement « Evite de me fumer dans la gueule s’il te plait. Déjà que j’vais devoir te supporter six mois, je préfèrerais le faire sans cancer. » La situation te rend amère. Généralement, tu t’efforces de rester un tant soit peu polie. C’est ce que tes parents t’ont toujours appris. Mais avec lui, la politesse semble une épreuve trop dure à assumer. Et t’es là. Froide et distante. L’impression de ruiner ta vie et son caractère exécrable n’aident pas. Clairement pas. « … Bon, on fait comment en attendant ? » Parce que c’est vrai ça. On fait comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
B. Camil Marshall
i'm a motherfucking admin
AVATAR : olober sykes
✱ ÂGE : 29
✱ QUARTIER : crocker.
✱ COLOCATAIRES : Son fils et sa... "femme" imposée.
i'm a motherfucking admin
Mar 19 Jan - 15:07


Elle ne t'aime pas. Réalité tangible et ô combien véridique à laquelle tu assistes depuis quelques temps. Assez de temps pour que tu comprennes qu'elle méprise tout de cette situation. Si toi tu n'y vois que du désagrément et de l’énervement, ce n'est rien face à ses sentiments impossible à qualifier. Elle est là le visage fermée, le menton haut de la petite fille trop bien élevée. Pourtant c'est assez flagrant, son regard, ses yeux impossible à définir et qui pourtant crache le dégout qu'elle a pour cette situation. Tâche dans son parcourt, dans sa quête d'un bonheur surfait et impossible à vaincre. Elle pourrait être attirante si seulement sa naïveté de perfection n'était pas aussi fade. Elle était belle dans ton souvenir. Elle était attirance, avec ses rires, ses cheveux blonds emmêlés, son air un peu éméché, et ses doigts qui ne cessaient de te tromper. Elle était belle ce soir la, juste cette nuit là. Et tu soupires légèrement quand elle reprend la parole. Mais oui bien sur. Je suis sur qu’il sera prêt à faire comme si je n’avais pas vécu mariée à un autre homme pendant six mois. C’est vrai que c’est très commun Tu souries, elle t'amuse c'est certain. Tu es de ce genre de crevard à trouver cela drôle, l'impossible façade parfaite de petits êtres qui se cherchent. ça sera un bon souvenir à raconter... sans doute le seul original d'ailleurs. Franchise, tu iras jamais très loin avec ça face à elle tu t'en doutes. Mais qu'importe. Tu te rends même pas compte de ce que tu dis … Tu hausses les épaules. Peut-être que oui. Mais toi il n'y a personne pour te reprocher et te haïr de tes actes. Carolina a été énervée... Carolina a été ennuyée. Magda a été outrée vraiment. Mais sincèrement personne autour de toi ignore ton passé, ignore tes actes et tes fins de soirées. Elles sont passé outre. Magda semble même plutôt amusé. Sait-elle sans doute dans le fond que cette bague éloignera pour un temps bon nombre de conquêtes. Alors peut-être que tu t'en rends pas comptes, mais toi ta vie est assez forte pour ne pas sombrer par un simple petit geste mal placé.

Evite de me fumer dans la gueule s’il te plait. Déjà que j’vais devoir te supporter six mois, je préfèrerais le faire sans cancer. Ah non, nuance, cette fille est pire que ton ex avocate. Et son air te fait sourire, tu sais pas. Y'a ce truc dans sa voix qui... sa manière de s'agiter, de râler contre le moindre petit acte pas bien tracé. Tu l'observes. Non elle est fade, non elle est naïve, puéril, gamine. Mais finalement tu te trompes, elle n'est pas que ça... Crois moi... le tabac sera le dernier de tes problème après avoir passé six mois avec moi... Tu souffles avec un sourire trop impossible à décrire. Avec cet air sérieux et amusé que personne arrive  décrypter. … Bon, on fait comment en attendant ? Et elle la pose. Cette question impossible à décrypter, à savoir, à y rétorquer. Six mois. Marié durant six mois, c'est rien. Vivre en couple marié pendant six mois et essayer, c'est ça le pire. Pire qu'une colocation forcée, pire qu'une épreuve imposée. Tu soupires sur ce coup oui elle t'a eut alors que tu fixes les gens qui passent autour de vous. Ils vous observent... Vous le truc bizarre. La blonde trop parfaite aux airs d'anges, et le tatoué aux airs terrassé. En attendant... j'ai une villa superbe et design avec une chambre qui vient de se libérer... ça peut être un bon début ? Non pas que l'idée de côtoyer ton charme et ta gentillesse exemplaire me séduise ... mais bon. Ouais, avec le départ d'Inka la maison est définitivement trop grande. Y vivre en solo avec Magda était facile, elle occupait beaucoup d'espace entre son énergie et vos jeux. Inka a récupéré la chambre qui lui servait de salon de tatouage... Erykala chambre d'ami, Mickey la chambre en trop... Puis elles ont déménagé et vivre seul avec un bébé n'occupe pas l'espace d'une maison d'architecte immense et design. Alors bon...

• • • • • • • • • • • • • • • • • •

sell my heart for you.
Bang bang you shot me down... @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Stones
all i care about is family
AVATAR : gabriella wilde
all i care about is family
Mer 20 Jan - 16:05

« ça sera un bon souvenir à raconter... sans doute le seul original d’ailleurs. » Tu détestes sa façon de te juger. Là. Du haut de son piédestal. Comme s’il était mieux que toi. Tu la connais ta vie. Tu sais bien qu’elle n’a rien d’extraordinaire. Tu sais bien que t’es la fille que tes parents ont fait de toi. Sans surprise. Sans folie. T’as toujours fais ce qu’on attendait de toi. Toujours. Sauf cette fois là. Dans ses bras. Tu l’aimais bien toi, cette vie là. Elle était simple. Elle était belle. T’étais heureuse toi. Avec tes petits bonheurs simples. Oui, t’étais heureuse. C’est lui. C’est sa faute. Il est venu tout bouleverser. « Tu peux garder tes jugements hein … » Lui et ses jugements. Lui et ses sourires débiles. Lui et son attitude de gamin irresponsable. Tu te demandes franchement comme tu as pu te mettre dans cette situation. Comment tu as pu pour le trouver, même comportement bourrée, un tant soit peu attirant. « Crois moi... le tabac sera le dernier de tes problème après avoir passé six mois avec moi… » C’est drôle, mais tu n’as aucun mal à le croire. Enfin drôle. T’es pas bien sur que ça soit très drôle finalement.

« En attendant... j'ai une villa superbe et design avec une chambre qui vient de se libérer... ça peut être un bon début ? Non pas que l'idée de côtoyer ton charme et ta gentillesse exemplaire me séduise ... mais bon. » Tu le regardes un instant. T’as encore la gorge un peu serrée. Tu t’sens prise au piège. Tu voudrais tellement refuser. L’envoyer balader. Mais faut prendre la réalité. Et la réalité, c’est que c’est ta seule possibilité. « Ouais … » Tu réponds un peu vaguement. Tu repenses un instant à ton père. A ses mots aiguisés comme des couteaux. T’as cru crever. Rien qu’à ces souvenirs, ton ventre se serre si fort que tu te demandes comment tu peux encore réussir à respirer. Tu ne peux pas retourner vivre là bas. Chez tes parents. Et puis … Avec Oliver … C’est tout aussi improbable. Lui, c’est même pas ses mots qui t’ont fait mal. C’est son regard. Son regard si blessé. Et cette impression que t’as ressenti. L’impression que tu ne pourrais jamais plus rien faire pour réparer ça. Tu t’égares un instant dans ses souvenirs douloureux avant de tenter de reprendre contenance. « Oui. Je suppose que c’est un début acceptable. » Tu te relèves, tentant d’imprimer un sourire sur ton visage fatigué. C’est un peu perdu d’avance. Tu passes la main dans tes cheveux désormais détachés. Tout ce qui se profile à l’horizon semble impossible à remonter. Pourtant, tu dois être forte. Forte comme on t’a toujours appris à l’être. Tu es intelligente, tu y arriveras.

Tu jettes un petit coup d’oeil à Camil, espérant sincèrement qu’il n’a pas remarqué cette tristesse qui s’est installé dans ton regard pendant quelques instant. Ou au moins, qu’il ne l’utilisera pas contre toi. C’est déjà bien trop dur sans avoir à expliquer chacun de tes mouvements à cet idiot de mari. « Faisons ça. » Ta voix est plus sur. Moins fragile. Moins perdue. Il faut que tu reprennes ta vie en main. Et ça commencera par un long bain. Un très long bain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
B. Camil Marshall
i'm a motherfucking admin
AVATAR : olober sykes
✱ ÂGE : 29
✱ QUARTIER : crocker.
✱ COLOCATAIRES : Son fils et sa... "femme" imposée.
i'm a motherfucking admin
Ven 29 Jan - 23:45


Tu peux garder tes jugements hein … Elle t'amuse. Oui elle a raison tu pourrais clairement garder tes jugements, les enterrer dans tes pensées et te masquer d'un rôle et d'une manière de penser. Tu pourrais faire comme si tout allait bien et que cette fille n'était pas qu'une fade petite image d'un pantin trop triste. Tu pourrais. Mais t'es Camil. Et tout le monde sait clairement que tu ne sais pas te taire. Réellement. Tu as ce don blasant de dire se qui généralement est pensées à voix basse. Tu préfères êtres détester pour ce que tu penses. D'ailleurs ta vie a beaucoup d'aspect infernal pour cela. Ta relation avec ton ex. Ta relation avec Magda. Avec Loan. Avec un peu beaucoup de gens qui tiennent à toi. Mais au moins tu te plait, ou te rassures, à penser qu'avec eux t'es vrai. T'es Camil. Pas la pâle copie d'un mec trop survolté qui finit en HP. Même si très clairement le Camil débordant constamment d'énergie et de vie n'est qu'une mascarade mais bon. Mais ça... elle cette blonde inconnue qui ne connait de toi que tes façade joviales, chiantes et exaspérantes...elle n'en sait rien justement. Alors tu te contentes de sourire. De ce genre de sourire qui dit clairement que oui tu pourrais les garder pour toi tes jugements, mais qu'elle ne s'est pas marié au bon gars pour cela. Et tu te contentes de cela.

Vous êtes ainsi dans un sacré bordel. A ne pas comprendre ou supporter le caractère de l'autre. T'aimerais râler, mais être deux à le faire n'aiderait pas. Alors tu te contentes de fumer ta clope, t'accrochant à ce bon vieux tabac qui t'aide à ne pas replonger. Alors oui le tabac elle devra s'y faire, tout comme tes états d'ébriété atroce en plein milieu de semaine quand Mickey est parfois chez sa mère. Parce que lorsque ton fils n'est pas là, rare sont les choses qui t'empêchent de prendre une seringue pour te l'enfoncer dans le bras. C'est très clairement cela. Le boulot aide, Loan et vos délires t'aident, boire et fumer aussi. Menu d'une recette de survie. Et t'expires ta fumée en y songeant tournant le regard vers elle face à son silence. Étrange ce silence venant d'elle oui. Et tu te heurtes à ce visage fermé et pourtant si... vulnérable ? Facile à décrypter ? Non justement et ça te surprend un instant ce truc, observant la blonde perdu entre sentiments et pensées, émotions et complexité. Loin de cet instant de réalité, tu te perds un bref instant là dedans. Fade, c'est certain et pourtant... Ouais.. Et elle refait surface, coupant court à cet instant d'autre chose et à ta curiosité imposée. Fin du chapitre. Oui. Je suppose que c’est un début acceptable. elle se lève. Et toi tu restes un instant à essayer encore de chercher une signification. Non en faite tu penses en saisir vaguement le problème... et pourtant. Si toi tu ne vois à ce mariage qu'une simple perte de temps, il semblerait que ce ne soit que plus différent... Faisons ça. Fade et naïve. Fade et coincée. Le retour. Sa voix parfaite, son regard assuré des filles qui veulent se démarquer. Tu sourires. Tu sais pas. Tu comprends pas. Ce truc avec elle. Tu t'amuses de sa manière de montrer qu'elle a décidé que oui, ils pouvaient faire cela, de sa manière de retourner ta proposition en sa décision. Et à sa manière de faire forte. Et puis comme ça si tu as envie de pleurer en pleine nuit, tu pourras venir trouver une épaule sur qui le faire... Camil crevard, le retour. Tu souries avec malice, avec taquinerie. Et tu déplies tes jambes avant de te lever et d'arriver à sa hauteur. Pardon, à ses côtés, sa hauteur serait trois marches en dessous vu sa taille. Vivre avec elle. A-t-elle conscience que ta vie n'est pas digne d'une série de pré-adolescente et de prince charmant ? A-t-elle seulement eut l'idée de taper ton nom sur google pour avoir une vague idée de ton image publique et imaginer ainsi ton image privée ? Peut-être pas. Et ça n'en sera que plus drôle tu te dis. Si elle ne te fait pas mourir d’ennui et d'énervement avant. Je dois par contre passer récupérer .. quelque chose avant d'aller te montrer ton humble et nouvelle demeure. Tu te sens assez forte pour grimper dans ma voiture ? T'es là, avec ce regard de défis et ce sourire de connard, à observer cette blonde trop propre sur elle, trop travaillée et trop ... pas toi.

• • • • • • • • • • • • • • • • • •

sell my heart for you.
Bang bang you shot me down... @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Stones
all i care about is family
AVATAR : gabriella wilde
all i care about is family
Jeu 4 Fév - 0:31

« Et puis comme ça si tu as envie de pleurer en pleine nuit, tu pourras venir trouver une épaule sur qui le faire… » Tu te contentes de l’ignorer. T’as pas envie d’en rajouter. Il est con. C’est tout. Autant ne pas l’encourager dans sa débilité. Tu passes un instant la main dans tes cheveux blonds avant de commencer à descendre les marches du tribunal. Tu sais pas où tu vas. C’est affreux comme idée. De pas savoir.

« Je dois par contre passer récupérer .. quelque chose avant d'aller te montrer ton humble et nouvelle demeure. Tu te sens assez forte pour grimper dans ma voiture ? » Tu te retournes pour lui jeter un regard noir, répondant spontanément « J’sais pas, tu te sens assez fort pour retenir tes réflexions idiotes ? » C’est étrange. On t’a toujours appris à ne pas répondre à ce genre de provocation. Sourire, et laisser passer. Petite, tu avais tendance à répondre. Puis à force de punitions et répétitions, l’enfant spontanée a laissé place à une adulte réfléchie. Tu as grandi. Et doucement, tu as intégré les règles. Tu es devenue cette petite fille parfaite dont rêvait tes parents.
Camil, il a cette faculté étrange de faire ressortir ce que tu as dissimulé au fond de toi il y a trop longtemps. Tu veux pas te laisser faire. Pas face à lui. Pourtant, t’aimerais bien en être capable. Mais c’est comme si les phrases sortaient toutes seules. Instinctives.

Et finalement, vous entrez dans sa voiture. C’est marrant, tu t’attendais presque à trouver une Ferrari rouge pétant. Un truc bien voyant. Un peu comme lui. Au final, t’es presque un peu déçu. Chic et sobre. Ca aurait pu être la tienne. En vérité, tu te demandes d’où lui vient tout cet argent. Il n’a pas réellement l’air de venir d’une famille fortunée. Il n’en a pas le style. Il n’en a pas la classe. Lui, il a plutôt l’air de sortir de nulle part.

Le silence s’installe un instant tandis que tu t’égares dans tes pensées. Puis elles te ramènent à ce quelque chose à récupérer. Il l’a dit d’une façon un peu étrange. Alors tu commences à redouter le pire. De la drogue peut-être ? Il a bien l’air du genre à se défoncer H24. T’espères sincèrement que ce n’est pas ça. Pas envie d’être mêlée à ces conneries. Alors finalement, tu te laisses aller à la curiosité, finissant par demander « Tu vas chercher quoi ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
B. Camil Marshall
i'm a motherfucking admin
AVATAR : olober sykes
✱ ÂGE : 29
✱ QUARTIER : crocker.
✱ COLOCATAIRES : Son fils et sa... "femme" imposée.
i'm a motherfucking admin
Jeu 4 Fév - 0:51


Tu te lèves peu après elle. J’sais pas, tu te sens assez fort pour retenir tes réflexions idiotes ? Tu hausses un sourcil un sourire léger naissant sur tes lèvres face à la virulence de sa répartie. Enfin surtout de sa réactivité. ça j'en suis pas certain.. Tu répliques simplement avant de la suivre. Tu l'observes descendre alors que tu te dis que la blonde si sage et tout mignonne n'a finalement pas l'air de l'être tant que cela quand elle laisse partir le masque de la bonne éducation. Tu descend derrière elle l'observant avec amusement. Tu le dissimules cependant pour ne pas l'énerver encore plus mais c'est certain que c'était pas du tout inintéressant... Vous rejoignez ta voiture alors que tu la déverrouilles pour entrer dedans et prendre la route. Tu te plonges dans tes pensées. Dans son masque de douceur, de naïveté, dans ce qui semble être sa propre personnalité revisitée. Et plus tu conduis plus la réalité te frappes avec lenteur et pourtant force. Cette blonde platine rencontré à Vegas te renvoie il y a deux ans à tes entrée avec fracas dans le bureau d'une avocate bien sous tout rapport, sérieuse, parfaite, polie, et douce. Elle te renvoie à ton histoire avec Alex, à tes semaines entières sans presque dormir. A tes jeux stupides, et un en particulier. Un qui t'a couté deux ans de ta vie, un qui t'a couté une nouvelle cure de désintoxication, un mariage annulé et deux enfants dont un directement. Le jeu de dévergondé la gentille et parfaite petite avocate qui se trouve aujourd'hui être la mère de ton fils. Si Amelia n'entre pas dans la case des "type" de fille que tu fréquentes physiquement c'est certain que bourré tu as un type qui n'a rien de physique....
Tu vas chercher quoi ? Elle te surprend un peu, alors que tu sors de tes pensées. Tu reviens à la réalité, alors que tu éloignes les souvenirs de ton ex dont t'es pas particulièrement fan d'y repenser. "quoi"... La septième merveille du monde ? Enfin à égalité avec le petit londonnien âgé de quelques mois de plus que Mickey, mais bon faut dire que tu vies avec Mickey, pas avec ton autre fils. Tu lui lances un regard avec un sourire malin alors que tu finis par te garer devant la crèche. Mon fils. Tu finis par lâché appréciant à sa juste valeur la réaction sur son visage. Non, tu avais définitivement pas imaginer mieux en terme de réaction. Tu coupes le moteur avant d'ouvrir ta portière pour sortir de la voiture. Faut dire que cette blonde n'est pas la première à réagir ainsi quand les gens apprennent ta paternité.

• • • • • • • • • • • • • • • • • •

sell my heart for you.
Bang bang you shot me down... @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amelia Stones
all i care about is family
AVATAR : gabriella wilde
all i care about is family
Mar 9 Fév - 23:57

« Mon fils » Bien sur. T’as envie d’éclater de rire tant l’idée même est ridicule. Pourtant, un regard sur son visage suffit à te persuader qu’il vient de dire la vérité. Son fils. Il vient chercher son fils. Lui, le mec qui a l’air d’être aussi mature qu’un gosse de huit ans. Et il se gare. Là. Devant la crèche. Tu sais pas quoi répondre. Mais t’as pas tellement le temps. Il descend de la voiture. Il s’éloigne. Et toi tu restes là. Un peu conne. Il a un fils. Tu t’y attendais pas à celle là. Est-ce qu’il était en couple lui aussi ? Tu t’es tellement égaré dans tes problèmes à toi que tu n’as pas pensé qu’il pouvait avoir les mêmes. C’est étrange, tu le vois tellement mal en couple. Tu le vois tellement mal père.

Pourtant, le voila qui revient avec un gosse dans les bras. Avec ce sourire étrangement naturel. Pas comme ceux qu’il t’adresse, cyniques et moqueurs. Tu l’observes, un peu sceptique. Tu les observes. Les deux. Ce petit gamin à la bouille adorable qui s’accroche au cou tatoué de son père. Le résultat est étrange. Etrange, et pourtant, pas choquant. Il arrive au niveau de la voiture, ouvrant la porte arrière pour y attacher son fils. T’aurais du le remarquer avant. Le siège enfant à l’arrière. Toi. Tu dis rien. Tu les observes. Tournée sur ton siège. Et le gamin te remarque. Ce petit bambin d’à peine un an. Il te sourit. De de sourire si innocent. Si adorable. Et il gazouille. Des mots pas tellement compréhensibles. « Hey baby … » Tu lui réponds doucement en faisant un petit coucou. Et naturellement, un sourire est venu s’ancrer sur tes lèvres. « T’es mignon toi … » Camil termine de l’attacher et finit par revenir s’assoir au volant. Tu te replaces correctement, posant ton regard sur le tatoué. Tu voudrais dire quelque chose, mais tu sais pas tellement quoi. Il t’a surprise. En bien. Etrangement en bien. Parce qu’il a l’air bien avec ce gosse.

Finalement, vous partez. Là. Comme une étrange petite famille. Direction la nouvelle maison. Direction la nouvelle vie. Peut être que finalement, y’a quelque chose à sauver chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas
 

monsieur le juge + camil & amelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Procès ayant opposé Mir�n au Comté de Flandres
» monsieur saquet
» un rp avec un monsieur vert ?
» Moi je dis chapeau bas Monsieur ^^
» [Black Pearl][2011] liste Black templars de monsieur TKT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Pursuit of Happiness ::  :: LE SUD-