AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'hésitez pas à inscrire vos persos sur facebook et à nous y rejoindre ! (inscription facultative) ♡


N'oubliez pas de voter et afin de nous faire connaître !


Pour célébrer la nouvelle année, le Maire a organisé un bal masqué. Rejoignez-nous ici pour en savoir plus


Le 6 janvier 2016, le forum a fêté ces 5 ANS ! Bon anniversaire POH


 
 Cap ou pas cap ?
i'll be fine once i'll get it, i'll be good

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
Sam 21 Jan - 1:30

J'étais songeur. Je fixai encore quelques secondes l'écran du pc malgré la déconnexion de Lexus, me mordillant la lèvre inférieure. Les choses avaient pris une tournure que je n'aurais même pas imaginée, et ce, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Pour me déplaire ? Absolument pas. Je m'appuyai contre les coussins du canapé derrière moi, levant les yeux vers le plafond et repensant à cette conversation que Lexus et moi avions eue. Pas très longue et qui pourtant, avait des conséquences. Alors que je la revoyais se déshabiller, un sourire se dessina sur mes lèvres. Si je voulais arrêter la machine à temps ? Pas du tout, j'avais même plutôt hâte qu'elle arrive. Certains pouvaient penser que c'était le genre d'acte qui pouvait détruire une relation, je n'approuvais pas. Je ne craignais pas que ma relation avec Lexus en pâtisse, je tenais trop à elle pour que ça puisse arriver. Et j'imaginais qu'elle tenait à moi aussi. Je m'étirai et, du bout des orteils tout en tendant les bras derrière moi, je refermai l'ordinateur portable et le poussai au milieu de la table basse. Tout comme ce que Lexus avait prévu de faire au départ, Glasgow et Jake étaient sortis, j'avais dit vouloir faire mon grand-père pour me reposer un peu. Au final, Lexus et moi, on aurait la maison pour nous deux.


Je me relevai, balayant la pièce du regard et rangeai quelques verres qui traînaient avant de me servir de l'eau et aller me regarder dans un miroir. J'étais aussi en tenue de combat pour aller dormir depuis que j'avais pris ma douche, marcel et boxer. Etant donné la robe que Lexus enfilait pour venir jusqu'ici, je ne pouvais décemment pas l'accueillir habillé comme ça, même si c'était le plus simple à enlever. Je me dirigeai donc rapidement vers ma chambre, jetant un coup d'oeil à l'heure, pour me changer et enfiler un jean et une chemise que je ne boutonnai pas jusqu'en haut, retroussant les manches. Là, j'étais déjà mieux. De toute manière ce n'était pas comme si c'étaient des vêtements que j'allais garder longtemps sur moi.


Je regardai à nouveau ma montre ; elle n'allait pas tarder à arriver. Je pinçai les lèvres, réfléchissant à la manière dont j'allais l'accueillir. J'allumai la chaîne hi-fi - bon dieu que ça faisait du bien d'avoir à nouveau de l'électricité - pour avoir un fond sonore et je me dirigeai vers la cuisine et le bar, sortant deux verres à pied. Je n'allais pas sortir le grand jeu avec les bougies et les pétales de rose, mais un minimum tout de même. J'observai la bouteille de champagne que j'avais entre les mains. Il était plutôt doux et même si je n'étais pas très branché champagne, je l'aimais bien, celui-là. J'espérais que Lexus l'aimerait aussi. Je servis les deux verres et rangeai la bouteille pile poil au moment où j'entendis Lexus sonner. Un nouveau sourire se dessina sur mes lèvres alors que j'empoignai les deux coupes et me dirigeai vers la porte pour l'ouvrir, mon regard se posant sur Lexus alors que je lui tendais légèrement l'un des deux verres.


« Bonsoir mademoiselle. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 21 Jan - 2:21





Je fermais l’écran de l’ordinateur et restais assise sur ma chaise le temps de quelques secondes. N’étais-je pas allée trop loin ? C’est vrai, je ne savais pas réellement ce qui m’était passé par la tête, je ne faisais d’ailleurs jamais ce genre de choses, et pourtant cette fois j’avais osé avec Alekseï. Alekseï, bien qu’étant très séduisant, restait un ami. J’étais donc là, pensive, en sous-vêtements en train de fixer l’ordinateur fermé. Bon, quoi qu’il en soit, Alekseï m’avait lancé un pari et je devais le respecter cette fois-ci, comme toutes les autres fois jusqu’ici. Je me relevai, vérifia que l’écran de mon ordinateur était bien fermé, que personne n’avait la possibilité de voir ce que je faisais, et enlevais mes sous-vêtements. Je me dirigeai vers la salle de bain, complètement nue (avantage à habiter seule dans son habitation), et me glissais rapidement sous la douche. Je me douchai brièvement, me peigna et me sécha les cheveux avant d’enfiler mes sous-vêtements et la robe que j’avais si sciemment choisie avec l’aide d’Alekseï en personne. Je me maquillai, légèrement mais sachant mettre en avant les traits valorisants de mon visage et retournais à nouveau dans ma chambre. Là, j’observai brièvement le résultat de ma petite demi-heure de préparation, plutôt satisfaite et enfila une paire de hauts talons noirs.

J’avais appelé un taxi, juste avant de me hâter vers la salle de bain afin de m’y préparer, et celui-ci m’attendait déjà. Il n’avait pas tardé, et tant mieux. J’étais pressée d’arriver chez Alekseï, j’étais particulièrement empressée de m’amuser. Je sortis de mon habitation et glissais les clés dans ma petite pochette, assortie à ma tenue, avant de m’introduire dans la voiture tout en saluant le chauffeur. J’avais froid, car évidemment j’avais oublié ma veste et surtout n’en avais trouvé aucune qui allait parfaitement avec ma nouvelle robe, mais je savais que l’atmosphère de la maison dans laquelle j’allais me retrouver d’ici quelques minutes me réchaufferait rapidement.

Les lumières s’échappant des lampadaires attiraient mon attention. J’étais tellement heureuse que l’électricité soit revenue, contente de pouvoir reprendre tout un tas d’activité que je ne pouvais plus exercer sans lumière. Comme dessiner mes croquis. Cela avait été une bonne solution pour ne pas avoir à faire mes devoirs, mais je devais avouer que le dessin m’avait particulièrement manqué, tout comme avoir des nouvelles de mes amis et de ma famille en Allemagne.

La voiture me déposa enfin lorsque nous arrivâmes à la destination finale. Un sourire s’esquissa sur mes lèvres, et après avoir payé le chauffeur et lui avoir laissé la monnaie, je descendais hâtivement avec ma pochette à la main et m’empressais d’arriver devant la porte de mon ami. Je verifia à ce moment précis dans un petit miroir de poche que tout allait bien physiquement et posa la main sur la sonnette, sans pour autant appuyer dessus. Là je soupirai d’excitation, et non pas d’agacement, et fini par sonner à la porte. Alekseï m’ouvrit très peu de temps après que j’eus sonné, comme s’il attendait aussi impatiemment mon arrivée que moi, et me tendit dès lors une coupe de champagne accompagnée d’un sourire. Je la prenais délicatement et lui souriait à mon tour d’un regard séduit. Jean, chemise pas totalement fermée. Un style un peu négligé que je ne blâmais pas, bien qu’étant à cheval sur la tenue vestimentaire, et que je trouvais même plutôt sexy sur le jeune homme. Je lui répondais d’une voix charmeuse un simple « Bonsoir monsieur » que j’accompagnais d’un sourire radiant. « Ai-je l’autorisation de franchir le palier de ta porte ? » Je souriais cette fois d’un air amusé et me faisait une petite place dans l’entrée. Je buvais une légère gorgée du champagne, que je trouvais d’ailleurs tout à fait bien choisi, et tournais légèrement sur moi-même. « Alors cette tenue, elle me va aussi bien que tu l’avais espéré ? ».

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 22 Jan - 22:13

Si elle avait l'autorisation de rentrer ? Très bonne question. Est-ce qu'elle le méritait ? Un nouveau sourire étirait mes lèvres alors que je me mettais légèrement sur le côté pour l'inviter à aller plus avant dans le salon, se tenir au chaud. Parce que oui, la première chose qui m'avait surpris en la voyant, ce n'était pas sa robe, mais le fait qu'elle n'ait aucune veste bien que sa robe soit peu couverte. Je refermai la porte derrière elle avant de me retourner pour lui faire face, portant également le verre à mes lèvres pour en boire une gorgée. Je dévisageai la jeune femme à sa nouvelle question, détaillant sa tenue et, puisque la fameuse robe me le permettait, son corps. Une peau qui avait l'air d'être d'une douceur extrême, des jambes galbées, et une robe qui la mettait en valeur. Je finis par relever les yeux vers elle, me mordillant la lèvre inférieure et le regard malicieux.


« Ah, si elle te va... Plus que bien, même. Tu es ravissante. »


Ma foi, était-ce une surprise, de toute manière ? Même si je n'avais jamais couché avec Lexus jusqu'à maintenant malgré notre lien très fort, ça ne m'avait jamais empêché de la trouver belle. Lexus était une superbe femme que j'avais remarquée au premier coup d'oeil et en dépits de ses complexes, moi, elle me plaisait beaucoup. Grande et élégante, elle était mince mais je ne la trouvais pas maigre, contrairement à elle qui faisait une fixation sur son poids et son ventre. Pourquoi n'avais-je pas craqué avant avec elle ? Pourquoi n'avais-je pas nécessairement cherché à l'avoir dans mon lit ? J'en savais trop rien, j'avais tout de suite senti que le courant passait entre elle et moi. Peut-être que je n'avais simplement pas voulu risquer de gâcher une amitié naissante ou qu'on prenne le risque d'aller plus loin, parce que je n'étais prêt à me stabiliser que depuis peu et que je craignais qu'il y ait méprise entre elle et moi. Mais là, tout était clair. C'était un défi, nous en avions tous les deux conscience. Elle m'avait défié de la regarder se déshabiller, je l'avais mise au défi d'aller jusqu'au bout de son idée en me rejoignant chez moi. Et nous savions comment tout cela allait se terminer. Nous sortions le grand jeu, nous allions coucher ensemble et considérer que le pari était réussi.


Je me rapprochai doucement d'elle, arquant un sourcil et laissant à nouveau mon regard courir sur son corps qui déjà se réchauffait grâce à la chaleur réconfortante et chaleureuse de la maison.


« Pourquoi tu n'as pas mis de veste ? Tu as du avoir froid, comme ça. »


J'avais beau ne pas craindre le froid grâce à mes origines, je n'étais pas suffisamment immunisé pour sortir en débardeur et short sans avoir froid. Et encore, avec un débardeur et un short, j'aurais été plus couvert qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 23 Jan - 20:57





Alekseï se poussa un peu, laissant un passage pour que je puisse m’introduire dans sa maison. Je souriais et le remerciais de vive voix avant de m’avancer de quelques mètres, verre de champagne aux lèvres. Je n’osais pas broncher, je n’osais pas me plaindre sur le fait qu’il fasse froid dehors. Car oui, lorsque l’on est habillée en petite robe sans aucune veste pour se protéger, même à San Francisco, il fait froid. Si encore il faisait jour … Mais même pas, il faisait nuit, et la température était largement descendue par rapport à celle que nous avions eu ce jour même à midi. Heureusement pour moi il faisait nettement plus chaud chez Alekseï, la température ambiante et l’alcool dans mon verre contribuaient à me réchauffer peu à peu.

Le jeune homme referma la porte derrière lui avant de se retourner afin de me regarder. Je tournais sur moi-même, légère comme l’air et me sentant libre comme un oiseau, et lui demandais s’il trouvait qu’elle m’allait tout autant bien qu’à la caméra de l’ordinateur. J’en profitais pour détailler discrètement son attitude et essayer de deviner ce qu’il pensait. Il fallait vraiment que j’arrête d’essayer de toujours tout deviner, mais c’était plus fort que moi. Ses yeux parcoururent mon corps du regard et en le voyant se mordiller la lèvre inférieure tout en me regardant d’un air malicieux, je devinais qu’il ne jouait en rien la comédie et que le spectacle visuel que je lui présentais pour le moment lui plaisait. Je souriais, fière de moi, et le laissais m’observer et imaginer mon corps sous cette petite robe courte et adaptée à mes formes. Rien n’était laissé au hasard, tout était fait pour solliciter son appétit et son envie. Tout était fait pour le rendre dingue. « Tu es ravissante » Ces quelques mots eurent pour effet de me faire encore plus sourire, j’étais ravie et radieuse d’énergie.

« Tu trouves ? » lui demandais-je toujours ce petit sourire aux lèvres. Ce n’est pas que j’aime qu’on me complimente, mais en fait … si, à vrai dire. C’était étrange de se dire qu’on allait coucher ensemble, malgré le fait qu’Alekseï soit particulièrement séduisant, il faut l’avouer il n’avait rien pour déplaire physiquement parlant, je n’avais pas vraiment pensé à le mettre dans mon lit. Me déshabiller pour me retrouver en sous-vêtements sous les yeux d’Alekseï, planté devant son écran d’ordinateur, ne représentait que de la provocation pour moi. Si je l’avais fait à quelqu’un d’autre, alors ce geste aurait certainement eut une signification différente. Mais tout était une histoire de défi entre Alekseï et moi. J’espérais seulement au final que cette soirée ne détruirait rien entre nous et n’instaurerait aucun malaise même si cela me paraissait particulièrement compliqué. Je me voyais très mal faire comme si de rien n’était au final. J’aurais pu si l’épisode s’était stoppé au passage de la webcam.

Alekseï me sortit de ma légère réflexion en s’approchant de moi doucement, tout en arquant un sourcil. Quelque chose lui échappait. Il me demanda pourquoi je n’avais pas mis de veste. Je rigolais doucement, ne pensant pas du tout que ce genre de détail l’aurait tant perturbé. Je posa ma pochette sur la première table que je trouvais pour me débarrasser les mains et en profitais pour poser le verre que j’avais alors à moitié bu. J’y trempais une dernière fois mes lèvres, pour le moment du moins et retournais où je me trouvais avant. Il ne fallait pas croire que je cherchais à le fuir. « Je n’ai rien trouvé qui allait avec ma robe, alors j’ai préféré ne rien porter plutôt que de ne ressembler à rien. Et le taxi m’attendait, je savais qu’il était chauffé, et j’étais préssée aussi. Enfin, tout un tas de choses tu sais. » Je supposais que c’était à moi de faire le premier pas, mais je n’osais pas. Je ne voulais pas passer pour LA chaudasse du siècle, j’en avais déjà fait trop à mon goût à la webcam, en y pensant bien. Je faisais un pas en avant pour me rapprocher davantage d’Alekseï. Je le regardais de mes yeux bleus, un sourire malicieux aux lèvres, mes mains alors seulement agrippées à sa chemise. « Ça te perturbe tant que ça ? » Je parlais bien évidemment de la veste, mais il pouvait très bien comprendre cette phrase sous une autre tournure. On allait voir ce qu’il allait me répondre, s'il était réellement perturbé par moi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 25 Jan - 22:43

Il était évident que son "Tu trouves" n'était au final pas une question. Elle avait très bien remarqué la manière dont je la regardais, la manière dont je l'admirais, voire dont je la dévorais des yeux. Parce que oui, au final c'était ça, elle me plaisait énormément et j'appréciais énormément le spectacle qui s'offrait à moi. J'eus simplement un sourire, qui certainement, valait toutes les réponses du monde, tous les compliments possibles. Comme on dit, les mots sont impersonnels, créés pour permettre à deux êtres ou plus de communiquer en étant capable d'associer des mots et des idées. Mais certaines fois, l'idée était plus forte que le mot, alors je ne me sentais pas de lui dire une nouvelle fois qu'elle était magnifique. J'étais frustrée, parce qu'elle était plus que ça, et qu'il n'existait pas de mot pour le dire, alors je préférais le lui faire comprendre par un sourire.


Je m'approchai d'elle, lui demandant pourquoi, malgré le froid dehors, elle n'avait pas pris de veste. La jeune femme eut un air un peu mystérieux, souriante et malicieuse à la fois. Le défi se lisait dans son regard avant qu'elle ne pose son petit sac et sa coupe de champagne sur la table la plus proche. Je pris une nouvelle gorgée d'alcool alors qu'elle me répondait en me regardant, souriant finalement en déposant à mon tour la coupe sur la table en me rapprochant encore un peu de Lexus alors que celle-ci glissait ses mains sur mon torse pour empoigner doucement ma chemise. Si ça me perturbait ? Allons bon... Je baissai lentement le regard vers ses lèvres, amusé.


« Eh bien, ta veste, elle, ne me perturbe pas... Disons que de toute façon j'aurais fini par te l'enlever. En revanche, ton corps... »


J'arquai un sourcil en relevant les yeux vers les siens, pour finalement glisser une main dans sa nuque et, l'attirant doucement à moi, déposer mes lèvres sur les siennes quelques secondes. J'avais franchi le pas, comme elle l'avait fait un peu avant par caméra. Je me mordillai un peu la langue, me serrant un peu contre elle pour qu'elle puisse constater elle-même les perturbations qu'elle causait chez moi.


« ... il est très perturbant. »


Un nouveau sourire fleurit sur mes lèvres alors que je l'embrassais une seconde fois. Peut-être aurais-je du me sentir un peu gêné d'être dans une telle situation avec Lexus, une si bonne amie, mais ce n'était pas le cas ; sans doute parce qu'il n'était pas dans mes habitudes de me sentir timide dans ce domaine-là, je l'étais d'autant moins avec Lexus qui m'avait déjà vu en boxer à maintes reprises. Je l'avais déjà vue presque nue également, mais cette fois, ce serait différent. Pour la soirée, j'allais la voir différemment d'une amie, j'allais admirer son corps et pouvoir y toucher d'une certaine manière. C'était la première fois que Lexus et moi nous lancions un tel défi, mais pour ma part, je le trouvais très plaisant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 26 Jan - 21:30





Alekseï me dévorait littéralement des yeux, ça faisait alors longtemps que quelqu’un n’avait pas réagi ainsi à mon encontre, je finissais par croire que mon cas était complètement désespéré. Pourtant, ce soir … Alekseï semblait énormément attiré, et je devinais qu’il craquerait au moindre geste sensuel que j’allais faire. C’était bon de se sentir désirée, de savoir qu’on attire les autres à ce point, cela faisait toujours plaisir au fond, que personne ne me dise le contraire. Le charmant et jeune homme qui se tenait devant moi m’offrait un sourire que je pris d’ailleurs comme une réponse positive à ma fausse question. Cela m’enjouait encore plus, ce simple sourire signifiait tout pour moi à cet instant précis, il voulait tout dire. Je me mis alors à rire, d’un rire léger, heureux et enfantin, me pinçant en même temps la lèvre inférieure.

Je posais donc ma pochette où j’avais entreposé le strict nécessaire : clés, lime à ongle, miroir, portable, passeport ; ainsi que ma coupe de champagne. Je saisissais délicatement dans mes mains la chemise d’Alekseï tandis que celui-ci s’était davantage rapproché de moi. Je n’avais pas pris de veste, mais l’atmosphère me réchauffait déjà, il faisait bien meilleur chez Alekseï et le fait qu’il se rapproche de moi me réchauffait davantage. Je n’avais déjà plus froid, j’étais à l’aise.

Alekseï posa à son tour sa coupe de champagne, c’est d’ailleurs ce moment que je choisi pour m’accrocher à sa chemise. Finalement, j’aimais la manière dont Alekseï était vêtu, je n’en avais plus aucun doute. A la base, on aurait pu dire que sa tenue était légèrement négligée et simple. Il est certain que si l’on compare sa chemise à la robe jaune poussin que je portais, il y avait une légère différence de discrétion. Cependant, ce petit air négligé donnait un air terriblement viril à Alekseï, et j’aimais tout particulièrement cette sensation qu’il dégageait. Je posais mes mains sur son torse, que je sentais particulièrement musclé sous mes mains délicates. Je ne concentrais pas mon regard sur mes gestes mais préférais observer ses yeux. Ses yeux n’étaient pas dirigés vers les miens, ils étaient dirigés vers le bas de mon visage, mes lèvres très certainement. Je le fixais avec un petit sourire en coin adorable, sachant très bien ce qu’il comptait faire. Je ne voulais pas faire le second pas, j’avais déjà fait le premier avec la webcam et je ne voulais pas paraître trop entreprenante bien que je l’avais été déjà beaucoup.

Le jeune homme m’avoua alors que ce qui le perturbait le plus était mon corps et non la manière dont j’étais vêtue, bien qu’elle contribuait à l’image que je donnais au jeune Volkov. Il n’avait pas terminé sa phrase, mais je devinais d’ores et déjà la suite de celle-ci. Je le regardais alors d’un air amusé, ne répondant rien pour le moment. Son regard finit par croiser le mien et c’est ce moment que le jeune homme choisit pour passer sa main derrière ma nuque et m’attirer à ses lèvres. Son corps se serra au mien, et je constatai à ce moment à quel point je lui faisais de l’effet, ce qui m’incita à sourire contre ses lèvres. Les réactions masculines devant une jolie fille m’amuseront toujours. J’aimais être une fille, rien que parce que nos réactions étaient plus facilement dissimulables.

C’est lorsqu’il recula ses lèvres qu’il finit sa phrase, et c’était d’ailleurs exactement le genre de fin de phrase que j’imaginais. Le tout collait bien à la situation et à sa réaction. D’ailleurs, celle-ci ne me gênait pas vraiment. J’avais déjà vu maintes fois Alekseï en boxer, et il n’était pas le premier garçon avec qui une telle réaction se produisait. En plus de cela, j’étais à l’aise avec Alekseï, j’en déduisais donc seulement que la soirée serait prometteuse si tout se déroulait bien, sait-on jamais.

Ses lèvres se posèrent une seconde fois sur les miennes, cette fois il n’allait pas me quitter aussi rapidement. Ma main gauche se posa derrière sa nuque, comme il l’avait fait avec moi, et j’en profitais pour me coller complètement à lui. Plus aucune distance ne nous séparait, et je préférais cela, d’autant plus que cela aurait normalement pour effet d’emballer encore plus mon ami. Ma main droite resta placée sur son torse où elle s’amusait à détacher les boutons de sa chemise un par un avant de passer délicatement sur sa poitrine. Mes lèvres tentaient de s’ouvrir afin d’entrer dans un baiser plus sensuel avec Alekseï tandis que je le tenais contre moi sans quitter ses lèvres tout en reculant pour finalement me poser contre la porte d’entrée. La main qui était alors posée dans la nuque d’Alekseï se retira pour se posa sur la poignée où je fermais la porte à clé afin que personne ne nous dérange. Les clés resteront dans la serrure, comme ça personne, ni même quelqu’un possédant les clés, ne pourra rentrer. Je profitais pour reculer mon visage et regarder Alekseï avec un sourire malicieux. Je décidai d’attraper une des deux bretelles de ma robe pour la faire descendre le long de mon épaule. Ma robe ne tombera pas si facilement, elle était maintenue par une fermeture éclair dans le dos et donc difficilement accessible étant donné la position dans laquelle je me tenais. Ce que je venais de faire était plus subjectif qu’autre chose, et j’en profitais alors pour l’informer que je ne portais pas de soutien-gorge sous ma robe. Je le regarda d’un air rieur et lui vola un baiser.



Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut Aller en bas
 

Cap ou pas cap ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Pursuit of Happiness ::  :: POH V.1 ::  :: RPs autres.-