AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

N'hésitez pas à inscrire vos persos sur facebook et à nous y rejoindre ! (inscription facultative) ♡


N'oubliez pas de voter et afin de nous faire connaître !


Pour célébrer la nouvelle année, le Maire a organisé un bal masqué. Rejoignez-nous ici pour en savoir plus


Le 6 janvier 2016, le forum a fêté ces 5 ANS ! Bon anniversaire POH


 
 Les catastrophes ne peuvent entraîner que des catastrophes
i'll be fine once i'll get it, i'll be good

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
Mer 4 Jan - 0:25

La concentration est à son comble... Mon cerveau ne cessait de m'envoyer un signal d'alarme que je n'écoutais pas. "Stop ! Ca suffit ! Arrête-toi ! On se calme !". Assis en tailleur sur le tapis du salon, j'observais la porte, songeur. Elle était étrange. Oui, en fait, on aurait dit qu'elle dansait. Je plissai les yeux, essayant de comprendre pour qu'elle raison les lignes boisées n'avaient plus rien de droit, mais j'étais incapable d'émettre la moindre réflexion sensée ; c'en était fini de moi pour au moins toute la nuit, et d'ailleurs, je n'étais pas tout seul.
Mon regard dériva lentement jusqu'à Jake, non loin de moi. J'aurais voulu me lever pour me rapprocher de lui mais je craignais de m'aventurer sur cet entourage qui ne cessait de tanguer. Le monde tournait, plus rien ne semblait être à sa place et tout m'apparaissait comme animé. C'était fascinant, mais aussi terrifiant, surtout quand j'avais l'impression que les murs allaient s'écrouler sur moi. Je reposai les yeux sur la porte, tendant l'oreille une seconde avant de reporter mon attention sur mon colocataire, un sourire venant étirer mes lèvres.


« Hey, mec, j'ai une touche. »


Fier de moi et sans le moindre mouvement d'incertitude, je levai le bras pour pointer la porte du doigt. Je la fixai une nouvelle fois, arquant un sourcil tout en coinçant le joint entre mes lèvres histoire de bien empirer mon état.


« Elle me propose d'aller boire un café. »


Sur ces quelques mots, je me penchai en avant et fit quelques pas à quatre pattes pour me rapprocher de la porte avant de me rasseoir, arborant un air songeur. La première étape, c'est se faire désirer, non ? Les hommes aussi savent y faire, et moi, je comptais bien appliquer cette technique sur la porte dans l'espoir de la voir insister. J'ignorais, jusqu'à maintenant, que les portes aimaient le café. Ma foi, c'était une note à prendre histoire de ne pas oublier pour les prochaines fois... Je haussai les épaules, reprenant le joint entre des doigts, soufflant avant de pincer les lèvres, l'air incertain et le regard rivé sur la porte d'entrée.


« Je suis pas sûr, tu sais... je suis pas mal pris en ce moment en vérité... Peut-être une prochaine fois ? »


Je lui fis mon plus beau sourire, observateur afin de vérifier si elle allait craquer et essayer de m'embrasser. Je ne pus m'empêcher de l'observer encore et constater qu'elle avait... de belles courbes, oui, c'est ça !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 4 Jan - 15:17

Encore une taffe et je me sens comme soutenu par une dizaine de nuages et mon cerveau est déjà parti avec l'un d'entre eux. Je suis assis et je tourne la tête vers mon colocataire puis ma tête est pris par la relativité et fixe le sol. Je crois qu'il a phaser sur la porte et ça me fait rire enfin plutôt glousser jusqu'à ce que je me rende compte que je moi je phase sur le sol. Il dit qu'il a une touche.
Je sais pourquoi je pense que mon cerveau a mal gérer l'information et là j'ai paniqué.

" Mec je le sens pas, il y a un truc!"

Mes yeux se relèvent vers Aleks, il s'approche de la porte alors je me lève d'un coup. La fenêtre est ouverte et je décide de la jouer grand commando. L'idée à la base c'était de ramper jusqu'au rebord de la fenêtre pour voir dehors. En pratique je me suis littéralement écroulé sur le sol, je me suis ramassé deux mètres plus loin de mon point de départ.

" Je vais bien! Attends... Merde je crois que je me suis péter le bras! ... Ah non c'est bon en fait j'ai pas mal."

Je me remet à rire, de toute façon je parle tout seul, Aleks est déjà partit charmer la porte. Je me relève sur mes quatre pattes pour atteindre la fenêtre. Je jette un oeil dehors et quelqu'un se rapproche.

" J'en étais sûr! Aleks on nous espionne!"

La porte se met à sonner mais je reste toujours à couvert cherchant désespérément, aussi bien que je le peux dans mon état, une idée pour qu'on se sorte de là.

" Ils sont là je déconne pas, il y a peut être même des micros shhhhhh!"

Voyant Aleks continuer sur sa lancée avec sa charmante porte, je me jette à côté de lui pour être adossé contre la porte. Je pose ma main sur la bouche pour qu'il arrête de parler et je lui fais des signes qu'il a pas l'air de comprendre. Je me relève contre la porte pour voir de qui il s'agit à travers le petit trou.

" Il s'est même déguisé en livreur de pizza, il nous prend pour des cons! On va le faire parler. Aleks...Il faut qu'on sache qui l'a envoyer?!"

Je jette un regard vers mon pote et je surveille à nouveau ce drôle de type. Il se remet à sonner avec son paquet à la main. Je me sens perdu et décidé à agir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 4 Jan - 15:37

Les alertes de Jake ne m'atteignirent pas particulièrement, après tout j'étais occupé avec une jolie demoiselle à la chevelure châtain, un seul oeil au milieu du front et... Merde alors, pourquoi elle a qu'un oeil cette pauvre fille ? Je fixais le trou servant à regarder le couloir, l'air très inquiet et posant mes doigts sur la porte.


« Ma belle, mais qu'est-ce qui t'est arrivé ? Il est où ton autre oeil ? »


Avant même que j'ai pu comprendre quelque chose, je me prenais une claque de la part de Jake qui voulait seulement poser une main sur ma bouche pour me faire taire ; mais la douceur et lui n'étaient pas en bons termes, alors ouais, je venais de me prendre une baffe. Je fus prêt à lui coller un revers, mais me ravisai finalement. Ce qu'il disait était plus intéressant que lui faire la tête au carré pour m'avoir baffé devant une jolie fille.


« Oh le bâtard ! Il a des pizzas avec lui au moins, des vraies ? »


Je baissai les yeux vers mon ventre, croisant les bras dessus alors qu'il se mettait à gargouiller. Je relevai les yeux vers Jake.


« Bouge pas, on va l'attacher ! »


Je me retournai, m'appuyant sur le bureau non loin de moi pour me relever. Ce fut déjà très dur de ne pas tomber alors que je tenais sur mes pieds, mais alors avancer ? Je tanguais dangereusement, m'appuyant sur le moindre objet qui me passaient sous les mains pour m'empêcher de m'étaler par terre. Mais c'est bien connu, quand on veut éviter un malheur, on s'en mange d'autres, et mon pied recouvert seulement d'une chaussette vint taper sur le coin de la table basse.


« PUTAIN ! MERDE ! IL EST LA JAKE IL EST RENTRE !! IL M'A ATTAQUE !! »


BAOUM. J'avais eu le réflexe, sous le coup de la douleur, de lever la jambe pour me masser les orteils et vérifier que je n'en avais pas perdu un en cours de route. Au final, non seulement j'étais incapable de dire si j'avais cinq, six ou trois doigts de pieds, mais je venais en plus de basculer en arrière et m'étaler sur le tapis dans un vacarme assourdissant, poussant table et fauteuil en essayant de me rattraper.


« Jake, il va nous avoir ! Fais quelque chose ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 5 Jan - 15:12

Les choses devenaient tellement prenantes que j'avais pas le temps de réaliser ni de réfléchir pour savoir quoi faire. Aleks se met a crier de douleur, là je me dis que c'est pas possible, qu'il faut vite trouver quelque chose.
Le premier reflexe a été d'ouvrir la porte. Mais avec le coup de panique d'avoir l'autre fou en face de moi et mon colocataire qui se tort à côté de moi je décide de refermer vite la porte quand le faux livreur allait ouvrir la bouche.
Perdu je regarde Aleks qui me dévisage pour que je fasse quelque chose. Mes yeux se sont mis à tourner partout dans la pièce et puis se sont arrêtés sur les affaires d'Aleks.

- Ahhh mec, j'ai une super bonne idée!

Ouais enfin tant qu'on est déchiré effectivement on peut penser que s'en ai une. Je m'avance vers ka chaise ou ses fringues de police sèchent et je chope vite fait son insigne et son arme de service.

- Wouah ça le fait grave j'avais jamais remarqué mec!

Je me la pète trois secondes avec l'arme comme si j'étais dans Scarface ou Pulp Fiction et je me reprécipite vers la porte avec une confiance en moi inégalée. J'ouvre la porte en pointant l'insigne directement sur le mec.

- Fais pas le malin ou je tire!

Je me rend compte que je me suis trompé de main et donc je monte l'arme bloquée dans l'autre main vers lui et je commence à rire...Ouais quand je dis que je suis fier de mon idée, je suis méga fier.

- Ah on fait moins le malin maintenant espèce de pseudo livreur, t'as vu ton costume mec, une gamine de cinq ans pourrait voir que t'en es pas un!

Je sais pas comment j'ai pu sortir une phrase aussi longue et pour montrer que je contrôle la situation je regarde Aleks avec un grand clin d'oeil. Puis je me retourne vers le mec louche.

- Bon... Police... Alors tu rentres calmement dans la maison...sinon.....Je te...fais un trou....ouais...un trou... allez...rentres!

Le mec s'exécute il joue bien les innocents ce taré! Une vieille est passée le long du trottoir en me dévisageant mon arme en main. Si ça se trouve elle est dans le coup, c'est une taupe...
Pas le temps de la menacer elle a filée plus vite que son chien qu'elle promenait. Les choses sérieuses commencent. Je montre la chaise pleine de fringues en train de sécher au livreur.

- Assied toi!

Il fait ce que je lui demande sans broncher en poussant soigneusement les vêtements sur le sol. Aleks avait l'air de moins souffrir on allait pouvoir le faire parler ce malade.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 5 Jan - 15:40

Allongé par terre en attendant que la douleur s'en aille, je fixais le plafond en ayant l'impression d'avoir des étoiles qui tournoyaient devant mes yeux. C'est fou comme quand on a trop fumé, c'est quitte ou double. Ou on sent rien, ou on sent trop !! J'avais l'impression de m'être fait amputer d'une jambe, et pourtant, il n'en était rien. Une véritable chochotte, j'vous l'dis ! Lorsque je me redressai, le livreur était rentré et s'était assis sur la chaise que Jake lui avait désigné, tout tremblotant et manquant de faire tomber ses pizzas.


« NON !! »


Faire tomber des pizzas ? Sacrilège, hors de question ! Je me redressai vivement oubliant la douleur et me sentant soudainement en pleine santé. Je lui pris vivement les pizzas des mains en lui lançant un regard assis, avant de regarder Jake, puis mon arme, qu'il tenait bien fermement.


« Jake fais pas le con, va y avoir du sang partout après, et un trou en prime. »


Sans plus attendre, j'ouvris la boîte à pizza, respirant avec plaisir l'odeur qui s'en dégageait. De la malbouffe comme je l'aime ! Je posai donc la boîte sur la table du salon et me rendis dans la cuisine pour prendre un couteau un peu plus gros que nécessaire pour couper la pizza. D'ailleurs pourquoi un couteau et pas des ciseaux ? Allez savoir, j'étais pas en mesure de répondre à ce genre de question pour le moment, laissez donc un message après le bip sonore !


Je découpai la pizza en parts, parts qui d'ailleurs étaient tout, sauf droites. Je m'apprêtai à l'engloutir, mais fini par me rappeler que le livreur était là et que Jake était en train de s'occuper de son cas, je laissai donc la pizza tomber, ne remarquant pas que je m'en étais mis sur le tee-shirt, et me retournai vers le livreur de pizza, le couteau recouvert de sauce tomate toujours en main, tant et si bien qu'à ma vue, l'homme ne put pas se retenir de crier en s'imaginant que j'allais le découper en petits morceaux et l'ajouter comme ingrédient de luxe à la pizza.


« On sait, qui tu es ! »


Je fronçai le nez avant de courir jusqu'à ma chambre pour prendre les menottes, et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, j'avais attaché l'homme à la chaise avant de m'asseoir en tailleur face à lui, la tête levée vers lui puisque dans cette position, j'étais bien plus petit que lui.


« Tu es.... LE FILS DE BARACK OBAMA ! »


Je croisai les bras sur mon torse, laissant mes ongles taper à une rythme régulier sur le manche du couteau.


« Ta chirurgie esthétique est mal faite, tu ressembles à Michael Jackson mon gars avec un nez pareil ! »


Après un très court instant que je passai à tenter en vain de réfléchir, je relevai les yeux vers Jake, soucieux.


« C'est quoi leur but d'après toi, ils nous veulent quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 6 Jan - 14:19


J'essaye de prendre une respiration correcte, ce qui devient difficile avec le stress du moment. Le mec ne gigote pas mal et j'entends Aleks qui me dit de pas tirer. C'est vrai que du sang partout ce serait pas vraiment cool surtout que j'ai pas de femme de ménage donc non merci.

- TOTAL CONTROLE!!!

Je sais pas si je parlais à Aleks ou si j'essaye de me convaincre ou si je m'adresse au mec pour le faire flipper au maximum. Pour résumer mon état d'esprit, un oiseau passe entre mes neurones, impossible d'être réfléchi.

Je reste à ma place sans bouger et je tiens toujours l'arme vers le faux livreur. Mon grand fou s'avance vers lui et ça me fait encore plus peur. Il l'a reconnu. Je fronce les sourcils pour optimiser mon regard sur lui.

- Ouais! T'as raison, c'est lui put*** tu l'as reconnu! Tu peux rien faire on a ton identité mec!! ahahah

C'est là que mes neurones se sont mis en fusions tellement mes pensées allaient vite. Mon coloc me pose une question à laquelle j'avais même pas penser. Ma tête se tourne de nouveau vers la porte et je vais la fermer à double tour.

- Ils veulent... ( regard sur la pizzzzza) ... nous empoisonner! Faut pas y toucher à se truc!

Je renverse le carton contenant la pizza sur le sol, tant pis pour le ménage, on évite de mourir là. Mon attention se porte sur le livreur, je me dis qu'il ne faut pas qu'il réussisse à envoyer un message "aux autres".

- Il doit avoir un téléphone ou un truc pour communiquer, faut tout retirer!!

Même le livreur de pizza a répéter un petit :"tout"??.
Mon arme pointer sur lui je fais un signe de la tête et je m'avance pour fouiller ses poches. Un malheureux morceau de pizza me fait glisser près de l'arnaqueur et un coup de feu part tout seul.
Je relève vite les yeux vers la pièce et je me remet sur mes deux pieds. Apparemment le coup est parti dans un mur mais le livreur est tellement sous le choc qu'il tombe dans les pommes.

- Au moins il est innofensif maintenant... Faudrait peut-être qu'on appelle les flics?

Je lâche le revolver et le laisse tomber sur le sol, comment on allait se sortir de là?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 8 Jan - 18:59

J'étais déjà plutôt pâle dû au fait que je ne sois pas dans mon état normal, mais en voyant Jake renverser les pizza, je devins probablement vert. Comment pouvait-on gâcher des pizzas de la sorte ? Mettre toute cette sauce tomate sur le tapis ? Empoisonner ce divin repas. Je fixai un moment la boîte renversée sur le sol, immobile, pétrifié, figé. Ma pizza préférée venait de mourir sur mon tapis, je voyais son sang couler, glisser sur le tapis et se répandre sur le plancher, si bien que mon coeur s'accéléra soudain et que je sentis les larmes me monter aux yeux. J'aurais pu me mettre à pleurer, hurler, mais je n'en eu pas l'occasion ; Jake fit je ne sais pas trop quoi, je fus juste capable de comprendre qu'un coup de feu non-maîtrisé était parti, ce qui me fit revenir à moi, en tout cas en partie. Je rebaissai les yeux vers mon torse, vérifiant qu'il n'y avait aucun trou et aucune tâche de sang qui s'étendait sur ma chemise, mais tout allait bien, je semblais encore parfaitement vivant. Etait-ce bien ? Aucune idée, ma bien-aimée US Burger, elle, avait rendue l'âme.


Je me retournai vers le livreur de pizza. Il avait les yeux fermé, était tout pâle, semblait inconscient... J'ouvris de grands yeux et sans plus réfléchir, je me redressai et lui collai une tarte monumentale, espérant qu'il se réveille... en vain. Je relevai les yeux vers Jake avec des yeux ronds comme des soucoupes.


« Putain mec, tu l'as tué ? »


Sans plus réfléchir, j'attrapai les vêtements du livreur et tentai de les déchirer, mais n'y parvins pas. Il faut dire que de nature, un vêtement n'est pas simple à déchirer avec ses doigts, mais alors quand on est pas dans son état normal, c'est pire. Je finis par abandonner, retombant assis sur les fesses, secouant la tête de gauche à droite.


« En fait je crois qu'il est vivant. Mais je suis pas sûr. Faut faire attention mon gars là ! J'vais perdre mon job moi si tu lui fais la peau ! Et c'est moi le flic, pas besoin d'appeler. »


Ou même s'il ne le tuait pas, je risquais mon travail. Mon éclair de lucidité repartit aussi vite qu'il était arrivé. Je me relevai maladroitement et fourrai les mains dans les poches du livreur pour voir s'il avait quelque chose de compromettant ; des clés, une carte d'identité... rien de bien extravagant. Je reposai les yeux sur la pizza, songeur.


« On devrait l'analyser pour vérifier qu'elle était bien empoisonnée tu crois pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 11 Jan - 20:43


Après quelques tentatives pour réveiller le mort et un petit stress pour moi, je me dis que, si mon pote me dit qu'il est pas mort c'est sûr il l'est pas. Je me pose contre un mur, en restant bloqué sur Aleks. Je réflechis, je réfléchis, mais pourquoi j'arrive pas a trouver un truc pour nous sortir de cette galère.

- On analyse ça comment une pizza mec?

Je me disait que ça devait être logique mais aucune réponse ne me venait et puis je me dis que la meilleure solution, c'est de nous trouver du renfort. Un dernier regard sur le rebord de la fenêtre pour vérifier qu'il a pas de complices à l'horizon. Et là je me suis pris d'un coup de panique. Pleins de gens commençaient à sortir de chez eux, dans notre rue. (Normal quand il y a une panne de courant , pas normal quand on est complètement shooté).

- On est dans la merde! Il a vachement plus de complices que je croyais, même la vieille Robinson fait partie du plan! Mec on fait quoi??

Les gens sortaient un peu perdus, eux aussi, et commençaient a parler entre eux pour voir si la panne concernait tout le monde. Moi de l'intérieur je vois une grosse conspiration et certaines personnes se dirigés vers notre maison, dont la vieille.

- Mec, ils se ramènent tous, on est cernés!! Faut appeler les secours, le SAMU, la SPA, n'importe qui mais faut que quelqu'un se ramène pour nous venir en aide...

Je cherche mon téléphone, on aurait dit un mec mourrant de faim cherchant la moindre miette quand...bingo! Je m'avance à côté du mec toujours "endormi" et je prend mon portable que j'avais laissé à moitié sorti de ma poche de veste.
Je tape vite des numéro mais aucune tonalité, pas de réseau, pas de 3G, encore moins de WIFI et aucune communication extérieure possible!

- Ils ont brouillés toutes nos lignes, on peut plus appeler. Je commence à m'enerver sur les touches tactiles de mon portable mais rien de change, pas moyen d'envoyer un texto non plus.

La PANIQUE!! La porte vient de sonner et après le coup de feu, je me suis dis que je devais pas bouger, comme si les gens allaient partir si on faisais comme si on n'était pas là. Forcément la vieille m'avait repérée quand elle a trainée son chien, la poisse!
Tétanisé, je regarde mon seul espoir de m'en sortir, Aleks. J'ai pas la force d'aller ouvrir la porte, je me sens défaillir. Mon coeur bat tellement vite que j'ai l'impression qu'il va lâcher d'une seconde à l'autre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 13 Jan - 14:18

Je balayai les alentours du regard, sentant mon estomac se resserrer au fur et à mesure que Jake parlait. Il commençait à sérieusement paniquer et ça finissait par m'inquiéter vraiment beaucoup, après tout, Jake ne panique pas souvent alors si là c'était le cas, y avait des raisons d'être angoissé ! Je me trainai à quatre pattes jusqu'à la fenêtre avant de m'aider du rebord pour me redresser, regardant d'une façon qui se voulait discrète à l'extérieur pour constater qu'effectivement, plusieurs personnes sortaient de chez elles avec un air soucieux. Je me retournai et me laissai tomber dos au mur, assis par terre et fixant Jake avec de grands yeux.


« Oh non ça craint, il devait leur faire son rapport aujourd'hui et ils ont remarqué qu'il était en retard, on est cuits ! On est même rôtis ! »


J'observai le jeune homme s'exciter sur son téléphone portable qui ne marchait plus, espérant qu'il arriverait à quelque chose, mais impossible, plus rien ne semblait marcher. Je tripotai mes poches, mais mon portable n'était pas dedans ; je n'avais aucune espèce d'idée de l'endroit où je l'avais mis et mon cerveau ne m'autorisait pas à penser à un effet passé me permettant de le retrouver, je planais encore trop. Je pinçai les lèvres et avançai à nouveau vers la table basse du salon, tirant un petit tiroir pour récupérer la télécommande des volets. Voilà, si on fermait tout, on serait barricadés, ils ne pourraient plus venir ! J'appuyai sur le bouton... encore... et encore une fois, mais rien à faire, les volets ne descendaient pas.


« Rien à faire ! Purée. Tu crois qu'la mémé Robinson a une raclette dans son sac ? On doit pas la sous-estimer si elle fait partie du complot ! »


Je fus secoué d'un grand frisson, relevant les yeux vers mon colocataire alors que quelqu'un sonnait à l'entrée. Je reportai mon attention sur le livreur de pizza, déglutissant et peinant à me mettre debout.


« Cache-le mec ! Je vais essayer de faire diversion. »


Prenant mon courage à deux mains, je me dirigeai vers la porte d'entrée et ouvris prudemment. C'était notre voisin de gauche, un petit jeune à peine plus âgé que moi. Je le dévisageai un moment alors qu'il prenait la parole.


« Bonjour ! J'espère que je ne vous dérange pas, une coupure d'électricité vient de...
- Une coupure d'électricité ?
- Euh, oui. Les câbles d'alimentation ont été vandalisés, le problème d'électricité ne devrait pas durer longtemps, mais je voulais savoir si vous aviez besoin d'aide ? »



Je marquai un silence. Ca alors, en fait c'était juste pour une coupure d'électricité... ? Oui son aide serait la bienvenue ! AH NON EN FAIT !! J'ouvris de grands yeux alors que je continuais de réfléchir, le cerveau fonctionnait au ralenti. C'était certainement une feinte pour essayer de pénétrer dans la maison et retrouver le livreur de pizza. Il ne m'aurait pas comme ça !!


« On a besoin de rien. »


Sur ce, je claquai la porte avant de coller mon oreille dessus. Allait-il partir ou essayer de défoncer la porte, abandonnant ainsi sa couverture de voisin inquiet et serviable ? Plus un seul bruit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Ven 27 Jan - 0:16

Gala s'engouffra dans le taxi et déchaussa ses Louboutin d'un geste rageur. Un fiasco. Un véritable fiasco. Elle était à deux doigts d'enfoncer l'une de ses précieuses chaussures dans le crâne du chauffeur tellement elle était en colère. Rien ne s'était passé comme elle l'avait souhaité. Oh bien sûr, Sven était toujours aussi charmant, aussi séduisant, aussi poli et arborait toujours ses 25 ans avec classe. Ils avaient dîné dans un des restaurants les plus côtés de la ville, une valeur montante. Elle avait enfilé ce fourreau de satin bleu nuit qui lui faisait une taille admirable et un décolleté plus qu'avantageaux. Elle avait maquillé ses lèvres de rouges et ses paupières de bleu foncé aux reflets métalliques, appliqué du blush sur ses joues, chaussé ses merveilleuses petites Louboutin. Tout allait parfaitement bien aussi bien sur que sous la table quand son adorable frère s'était pointé. Que faisait ce rabat-joie d'Eliott dans les parages ? Quelques éclats de voix plus tard, une leçon du frère modèle, un cocktail en pleine gueule et une claque plus tard, il avait définitivement réussi à foutre son rencard en l'air. Et elle n'avait même pas encore couché avec Sven ! Sale petit connard puritain d'Eliott ! Parfois, elle se demandait sincèrement pourquoi elle n'avait pas au moins un grand-frère de la trempe de Kyler.

Elle avait hurlé son adresse au chauffeur. Dire que Glasgow n'avait pas prévu de rentrer ce soir. Elle avait dis aux garçons de ne pas l'attendre. Ils pouvaient aussi bien être là ou en ville. Elle préférait encore qu'ils soient en ville. Mieux valait qu'ils soient en ville, elle craignait les dégâts qu'ils pourraient faire dans la maison sinon. Ses colocataires étaient trop peu doués pour être soigneux. Alors elle veillait à ce que rien ne parte en fumer. Ou qu'une bonne vienne à bout de la crasse et de la saleté de l'habitation. N'empêche, elle adorait la vie avec ces deux idiots. Ce n'était jamais triste, ils étaient assez... imprévisibles à vrai dire.
Ce n'est que l'autre que la voiture s'engouffra dans sa rue qu'elle remarquait que tout était plongé dans l'obscurité. On voyait à peine à trois mètres. Elle plissa les yeux. Que se passait-il donc ? Les voisins étaient sur le trottoir à discuter. Que se passait-il ? Elle fit arrêter la voiture, paya le chauffeur et lui dit de garder la monnaie et sortit sans plus de cérémonie. Peu importe qu'on la regarde, peu importe qu'elle soit pied nue. Elle traversa gracieusement la chaussée et grimpa les marches du perron avant d'ouvrir la porte de la maison. Elle tomba nez à nez avec Alekseï et poussa un cri perçant. Elle dut faire un effort surhumain pour ne pas lui défoncer le crâne à coup de Louboutin.

« Bon sang, Alekseï ! J'ai failli mourrir de peur ! Et il se passe quoi là au juste ? »
Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut Aller en bas
 

Les catastrophes ne peuvent entraîner que des catastrophes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les catastrophes ne peuvent entraîner que des catastrophes
» Nouvelle vitesse d'entraînement
» Petite question entraînement
» Les machines peuvent-elles nous dominer ?
» Seuls les morts peuvent parler ici

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Pursuit of Happiness ::  :: POH V.1 ::  :: RPs autres.-